UICN : Premier plan d'action mondial pour le carbone bleu - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/12/2011 à 17h46 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
UICN : Premier plan d'action mondial pour le carbone bleu

 
L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a présenté dans un rapport le premier plan d'action mondial pour le « carbone bleu », à savoir les zones marines côtières qui jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique.

Le premier cadre politique visant à inclure les zones marines côtières telles que les mangroves, les marécages et les prairies marines dans le travail de la Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique, a été présenté dans un rapport de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et le groupe Conservation International (CI).

Le rapport, baptisé Blue Carbon Policy Framework (Cadre pour la Politique du Carbone Bleu) met en lumière les opportunités existantes pour inclure la conservation des zones côtières dans les politiques du changement climatique et les processus de financements actuellement discutés à Durban.

L'étude souligne également la nécessité pour la Convention sur la Diversité Biologique, la Convention de Ramsar sur les Zones humides ainsi que pour le marché du carbone volontaire, de prendre en compte les écosystèmes marins côtiers.

« Les océans et la biodiversité marine sont essentiels pour réguler le climat mondial » a déclaré Carl Gustaf Lundin, Directeur du Programme Marin et Polaire Mondial.

« Les océans absorbent 93,4% de la chaleur produite par le changement climatique ainsi qu'un tiers du dioxyde de carbone émis par les êtres humains. Les zones côtières ont aussi une capacité exceptionnelle de stockage du CO2. Mais actuellement, les solutions marines que le monde marin offre aux défis du changement climatique sont rarement prises en compte dans les politiques internationales pour le changement climatique ».

La Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique et le mécanisme baptisé REDD+ (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation), soutiennent la conservation et la restauration des forêts terrestres comme une manière de réduire les effets du changement climatique.

Mais l'importance des puits de carbone côtiers, tels que les mangroves, les marécages et les prairies marines, n'est pas encore totalement reconnue par la Convention.

Bien que les écosystèmes côtiers couvrent seulement un à deux pour cent de la zone couverte par des forêts au niveau mondial, l'amélioration de leur gestion peut compléter les efforts visant à réduire les émissions provenant de la dégradation des forêts tropicales.


 

Un kilomètre carré d'écosystème côtier peut stocker jusqu'à cinq fois plus de dioxyde de carbone qu'un kilomètre carré de forêts tropicales matures.

Mais actuellement, ces zones sont en train d'être détruites trois à quatre fois plus vite que les forêts, rejetant des quantités substantielles de dioxyde de carbone dans l'atmosphère et l'océan, et contribuant ainsi au changement climatique.

« Nous pensons que cette reconnaissance est essentielle » explique le co-auteur du rapport, le Dr. Emiliy Pidgeon, Directrice des Initiatives Stratégiques Marines pour Conservation International.

« La gestion du dioxyde de carbone dans les systèmes côtiers peut déjà être incluse dans un certain nombre de composants de la Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique et REDD+. Ce plan a été produit pour aider à détailler ce que nous considérons comme étant les prochaines étapes clés en matière d'intégration complète du carbone bleu dans les initiatives existantes ».

« Nous avons désormais les preuves scientifiques montrant que la conservation des mangroves, des marécages, des prairies marines et d'autres habitats du carbone bleu sont un outil très précieux dans notre lutte contre le changement climatique » a indiqué Pierre-Yves Cousteau, Ambassadeur de Goodwill pour l'UICN.

« Ces zones côtières boueuses nous aident également à nous adapter au changement climatique. Elles protègent les communautés locales des tempêtes et régulent la qualité de l'eau côtière ».

 

Un article de Sandra BESSON, publié par actualites-news-environnement.com

D'autres articles passionnants sur actualites-news-environnement.com
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Sandra BESSON

Source : www.actualites-news-environnement.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr