Tuer le loup : L'Assemblée nationale dit oui - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/07/2014 à 20h26 par Exo007.


TUER LE LOUP : L'ASSEMBLÉE NATIONALE DIT OUI

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Tuer le loup :  L'Assemblée nationale dit oui

L'abattage du loup, autorisé et encadré par la loi

 

La France compte actuellement 300 loups : leur abattage sera encadré par un certain nombre de règles.

 

(...)

Les mesures votées par les députés découlent d'un amendement au projet de loi sur l'agriculture introduit au Sénat, retouché ensuite en commission à l'Assemblée via un amendement du gouvernement. Cet amendement prévoyait notamment qu'en cas d'attaque, l'éleveur soit autorisé à tuer des loups pour une durée de six mois sur le territoire de sa commune.

PASTORALISME. Le gouvernement a fait adopter en commission à l'Assemblée un amendement pour être en conformité avec le droit européen notamment en autorisant l'abattage des loups dans des zones de protection renforcée, délimitées par les préfets, pour une durée maximale d'un an lorsque des dommages importants sont constatés pour les activités pastorales.

 

 

Le seul changement apporté dans l'hémicycle, via le vote d'un amendement UMP ayant le feu vert du gouvernement et du rapporteur, précise que cela concernera l'élevage et non le seul pastoralisme, qui a cours principalement dans les zones de montagne.

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Sciences et Avenir avec AFP, publié par sciencesetavenir.fr et relayé par SOS-planete

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer à son financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Sciences et Avenir avec AFP

Source : www.sciencesetavenir.fr