Nous pouvons éviter l'expropriation des gens désemparés à cause de la ligne 15 du métro GRAND PARI !

Trop d'Européens restent exposés à la pollution en ville - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/09/2012 à 20h01 par mich.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Trop d'Européens restent exposés à la pollution en ville

 

Jusqu'à 95% des citadins européens respirent un air pollué, principalement par les particules fines, relève l'Agence européenne pour l'environnement dans un rapport publié lundi.

«La pollution atmosphérique réduit notre espérance de vie de près de deux ans dans les villes et les régions les plus polluées.» Ce commentaire de la directrice de l'Agence européenne de l'environnement (AEE), Jacqueline McGlade, dans un rapport publié lundi, rappelle l'urgence qu'il y a à améliorer la qualité de l'air dans les régions urbaines.

Selon que l'on s'appuie sur les recommandations de l'Union européenne ou celles, plus strictes, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), jusqu'à 95 % des citadins européens respirent encore un air trop pollué.

Le «risque sanitaire le plus grave» est lié à la concentration des particules fines, PM10, inférieures à 10 micromètres, majoritairement émises par la circulation des véhicules alimentés au diesel mais aussi par le chauffage au bois, les usines ou les centrales électriques fonctionnant au charbon.

Elles peuvent être à l'origine de pathologies cardiaques et respiratoires ou encore du cancer du poumon. Les personnes souffrant d'asthme, d'une maladie cardio-vasculaire ou respiratoire sont particulièrement vulnérables.

Europe centrale et orientale

En 2010, 21% de la population urbaine a été exposée à des concentrations de PM10 supérieures aux valeurs limites journalières de l'UE. Pour les particules encore plus fines, les PM 2,5, dont les valeurs limites annuelles sont moins sévères, ce chiffre s'élève à 30%.

En prenant en compte les seuils plus stricts de l'OMS, les pourcentages de population exposée sont respectivement de 81% et 95%. L'OMS est plus sévère que l'UE en matière de particules fines, car, explique-t-elle, «on n'a identifié aucun seuil sous lequel les particules fines n'auraient pas d'impact sur la santé».

Il y a «urgence (à) réexaminer prochainement la législation en matière de qualité de l'air», conclut l'AEE, qui s'inquiète aussi des niveaux d'ozone ou de dioxyde d'azote.

Ce sont les centres urbains et industriels d'Europe centrale et orientale, mais aussi de l'est de la France ou du nord de l'Italie, qui sont les plus mauvais élèves. À titre d'exemple, en 2011, les Parisiens ont été exposés à 38 microgrammes par mètre cube de PM10, alors que le plafond recommandé par l'OMS est fixé à 20.

La concentration était également au-dessus du seuil à Lyon et Nice (33), Toulon (31) et Lille (29).

 

Un article de sante.lefigaro.fr

 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Contacter notre équipe : vivant12)at(free.fr

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : sante.lefigaro.fr

Source : sante.lefigaro.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter mich
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.