TROISIÈME COMMISSION: LE HAUT-COMMISSAIRE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS PLAIDE POUR LA PROTECT - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/11/2009 à 19h39 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
TROISIÈME COMMISSION: LE HAUT-COMMISSAIRE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS PLAIDE POUR LA PROTECT

Information recueillie par Michel95

Une pensée pour celles et ceux qui oeuvrent sur le terrain avec courage et abnégation...

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Antonio Guterres, a déclaré aujourd'hui devant la Troisième Commission qu'il importait de protéger davantage le personnel humanitaire et de lever les restrictions à l'accès de l'assistance humanitaire aux réfugiés et aux déplacés, de même que dans les situations d'urgence.

Au cours du premier trimestre de l'année en cours, deux fonctionnaires du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont été tués au Pakistan et un autre a été enlevé puis relâché au bout de deux mois, a-t-il indiqué devant la Troisième Commission qui examinait les questions relatives aux réfugiés, aux rapatriés et aux déplacés et les questions humanitaires.

M. Guterres, qui présentait les activités de son agence pour la période allant de janvier 2008 à la mi-2009 pour répondre aux besoins de plus de 34 millions de personnes relevant de sa compétence, a répondu à plusieurs États Membres qui avaient exprimé leur profonde préoccupation face au ciblage du personnel humanitaire et à la restriction accrue, dans certaines régions, imposée à l'assistance humanitaire.

Pour la seule année 2008, 260 agents humanitaires ont été tués, enlevés ou gravement blessés lors d'attaques violentes, un chiffre encore jamais atteint en une année, souligne-t-il dans son rapport.

Environ 60% de ces attaques ont eu lieu en Afghanistan, en Somalie et au Soudan.

Le Canada, notamment, a appelé l'attention sur ceux qui ont perdu leur vie au service d'autrui auxquels la communauté internationale a, pour la première fois cette année, consacré la Journée mondiale de l'aide humanitaire.

Dans le prolongement de cette journée et du soixantième anniversaire des Conventions de Genève sur les réfugiés, le délégué canadien a aussi lancé un appel à tous les acteurs étatiques et non étatiques pour qu'ils respectent les principes humanitaires et garantir la sécurité des travailleurs humanitaires.

M. Guterres a cité, comme principaux facteurs influant sur les déplacements, la réduction de l'espace humanitaire, les restrictions en matière d'accès pour les agents humanitaires, une plus grande priorité accordée par les États à leur souveraineté, l'urbanisation croissante, l'extrême pauvreté et la mauvaise gouvernance.

À cela s'ajoutent des facteurs environnementaux tels que les changements climatiques, la sécheresse, la réduction des ressources et les inégalités en matière d'accès aux ressources.

Les États fédérés de Micronésie, au nom des petits États insulaires en développement du Pacifique, a lancé un appel en faveur de l'adoption de mesures de protection internationale pour les personnes forcées à fuir leur pays ou région des suites des conséquences des changements climatiques.

« Notre survie n'est pas négociable et répondre aux problèmes causés par ces changements ne consiste pas à demander l'aumône aux pays développés », a affirmé le délégué micronésien, soulignant la nécessité de non seulement arriver à un accord global à Copenhague mais aussi d'honorer les termes de cet accord.

La Suisse a exhorté les États et tous les acteurs concernés à garantir l'espace humanitaire et la protection du personnel du HCR et de ses partenaires, en particulier dans les situations de conflit.

Ce pays a lancé une initiative visant à l'amélioration de cet accès et a annoncé que des instruments pratiques étaient en cours d'élaboration, notamment un manuel sur le cadre normatif qui sera mis à disposition des autorités nationales, des organisations internationales et des acteurs humanitaires sur le terrain.

Le Haut-Commissaire a affirmé que les pays en développement, surtout en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient, étaient ceux qui portaient le fardeau le plus lourd de l'accueil des réfugiés.

Ainsi, à la fin 2008, ils accueillaient 8,4 millions de réfugiés, soit 80 % de la population réfugiée mondiale.

.../...

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

........

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr