Transports d'animaux vivants : Chasse à l'ignominie - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/08/2009 à 11h08 par Isabelle.


TRANSPORTS D'ANIMAUX VIVANTS : CHASSE À L'IGNOMINIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Transports d'animaux vivants : Chasse à l'ignominie

Information sélectionnée par Isabelle

Les enquêteurs de la PMAF ont concentré leur attention sur les nombreux animaux transitant par la frontière franco-espagnole.

Dans le cadre de la surveillance des longs chargements d'animaux vivants à travers l'Europe, les enquêteurs de la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) ont concentré leur attention sur les nombreux animaux transitant par la frontière franco-espagnole.

Dans le cadre d'une opération montée par la gendarmerie, ils se tenaient à l'affut des infractions aux lois de protection animale. L'attente fut... de courte durée.

Nuit 1 : les forces de l'ordre arraisonnent une bétaillère immatriculée en Roumanie et transportant 80 jeunes bovins.

Chargés depuis plus de 27 heures à bord, les animaux souffrent visiblement de soif et d'épuisement.

Ils se ruent sur les tétines du système d'abreuvement lorsqu'il est enfin mis en marche à notre demande.

Le transporteur est en avance de 24h sur son plan de route : il n'a pas respecté la halte pour décharger, abreuver, nourrir les animaux, et leur assurer 24h de repos sur un sol stable et paillé.

Après s'être acquitté de 2 amendes de 90 €, le chauffeur - impassible - reprend sa route vers Burgos (Espagne).

Nuit 2 : Deux transporteurs espagnols acheminent ensemble plus de 500 moutons dans des bétaillères inadaptées.

Les véhicules ne disposent d'aucunes cloisons empêchant que les animaux tanguent lors des virages ou du freinage.

Les moutons sont également entassés sur 3 étages dont les plafonds sont trop bas et ne permettent pas aux animaux de se tenir debout normalement.

Les deux véhicules se dirigent vers le port de Sète, où ce demi-millier de moutons sera embarqué pour un voyage en mer de plus de 4 jours au terme duquel ils seront égorgés dans un abattoir de Beyrouth (Liban).

Après s'être acquitté de 2 amendes de 90 €, les chauffeurs - impassibles – reprennent leur itinéraire.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.