Toujours pas de répit pour les banques alimentaires (Canada) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/11/2011 à 00h22 par Kannie.


TOUJOURS PAS DE RÉPIT POUR LES BANQUES ALIMENTAIRES (CANADA)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Toujours pas de répit pour les banques alimentaires (Canada)

 

Les perspectives ne s'améliorent pas au niveau de la sécurité alimentaire des Canadiens. L'organisme Banques alimentaires Canada, qui publiait mardi son Bilan-Faim 2011, rapporte que plus de 850 000 personnes ont franchi la porte d'une banque alimentaire en mars 2011. Si le nombre est sensiblement le même qu'en 2010, il est toujours de 26 pour cent plus élevé que le taux d'utilisation d'avant la récession de 2008-2009.

Au dire de l'organisme, le bilan démontre clairement que trop de gens sont laissés pour compte sur la voie de la reprise économique au Canada. Banques alimentaires Canada (BAC) explique même que sur les 850 000 personnes qui ont besoin d'aide pour s'alimenter sur une base mensuelle, plus de 322 000 sont des enfants.

«C'est scandaleux que des centaines de milliers de Canadiens aient besoin de l'aide des banques alimentaires chaque mois pour joindre les deux bouts», affirme Katharine Schmidt, directrice générale de Banques alimentaires Canada, qui a coordonné cette étude nationale impliquant plus de 4100 programmes d'aide alimentaire.

Dans son étude, BAC précise que les segments de la population les plus jeunes sont parmi les plus touchés, 38 pour cent des bénéficiaires étant des enfants et des jeunes de moins de 18 ans.

En outre, 40 pour cent des 350 000 ménages ayant passé la porte d'une banque alimentaire étaient composés de célibataires vivant seuls et 24 pour cent étaient des familles monoparentales avec enfants.

Plus de la moitié (52 pour cent) des ménages ayant fait appel aux banques alimentaires vivaient principalement de l'aide sociale, et cinq pour cent disent n'avoir aucune source de revenu.

BAC estime que les inégalités de revenu sont l'un des facteurs les plus importants dans la création du besoin persistant d'aide alimentaire, que ce soit à court ou à long terme. L'organisme recommande au gouvernement d'offrir prestement une solution adéquate aux individus et aux familles durant les périodes difficiles.

BAC demande également aux gouvernements fédéral et provinciaux :

- d'investir dans le logement abordable, afin que les Canadiens à faible revenus n'aient pas à faire le choix difficile de payer le loyer ou de nourrir leur famille,

- de modifier l'assurance-emploi dans le but de mieux protéger les travailleurs âgés qui perdent leur emploi,

- de créer des partenariats et des programmes menés par le fédéral qui favorisent les emplois bien rémunérés au pays.

«Il nous faut de l'aide dès maintenant, explique Katharine Schmidt. Les banques alimentaires et les personnes qu'elles aident subissent toutes un stress très élevé. Cette situation ne peut tout simplement pas durer.»

 

Un article de Hugo Prévost, publié par pieuvre.ca

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Hugo Prévost

Source : www.pieuvre.ca