Total veut conjuguer sables bitumineux et environnement - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/03/2010 à 18h35 par Tanka.


TOTAL VEUT CONJUGUER SABLES BITUMINEUX ET ENVIRONNEMENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Total veut conjuguer sables bitumineux et environnement

Total veut conjuguer sables bitumineux et environnement
La compagnie défend ses futurs investissements massifs en Alberta

Bien que l'exploitation des sables bitumineux produise d'énormes quantités de gaz à effet de serre, qu'elle entraîne la destruction de vastes zones de forêt boréale et utilise beaucoup d'eau douce, il est possible de développer cette ressource en respectant certains objectifs de protection environnementale. C'est du moins le point de vue défendu par le président de Total E&P Canada, Jean-Michel Gires, qui estime que l'industrie devra mieux expliquer ce qu'elle fait si elle veut se départir de l'image du «pétrole sale» qui lui colle à la peau.

Ce dernier ne nie pas pour autant les conséquences néfastes de cette industrie. «C'est vrai que l'impact environnemental de ce pétrole non conventionnel est plus important que celui du pétrole conventionnel. Il est plus difficile de le sortir du sol, alors on a besoin de consommer davantage d'eau et d'énergie. Et pour les techniques minières, il y a une empreinte au sol qui est plus marquée», explique-t-il, en entrevue au Devoir.

M. Gires estime toutefois que l'image négative de cette énergie fossile est surtout le résultat d'une grande incompréhension. «Je pense qu'il y a beaucoup de confusion entre sables bitumineux et pétrole sale. Personne n'y comprend rien, alors il y a un gros effort d'explication à faire pour parler de la réalité du sujet», ajoute-t-il dans le cadre d'une série de rencontres avec les médias montréalais. Un exercice visiblement destiné à redorer le blason du géant français, qui compte multiplier les investissements dans l'extraction des sables bitumineux albertains.

L'effort de communication des compagnies pétrolières doit selon lui se concentrer sur les façons dont elles comptent diminuer leur empreinte écologique. «Si on veut augmenter la production dans le futur, il faut expliquer notre capacité à améliorer les technologies, à réduire l'impact environnemental et à concilier le développement économique avec les aspects sociaux et environnementaux. Car il n'y a pas de futur de la production des sables bitumineux sans progrès importants dans le domaine de la protection environnementale.» Total, par exemple, cherche des moyens de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, de consommer moins d'eau ou encore de réhabiliter les sols une fois l'exploitation des sites terminée. Reste à se fixer des objectifs en ce sens, lorsque les technologies seront au point.

La compagnie pétrolière française semble ainsi vouloir démontrer qu'elle consacre beaucoup d'efforts à améliorer son bilan «vert». Pas étonnant puisque les sables bitumineux ont très mauvaise presse, écologistes et scientifiques ne manquant pas une occasion de rappeler leurs effets désastreux pour la planète, mais aussi pour l'image du Canada à l'étranger. «Il y a des amalgames comme quoi les pétroliers travailleraient n'importe comment et que personne ne surveillerait ce qu'ils font, qu'ils en profitent au maximum, réplique M. Gires. Ce n'est pas du tout la réalité qu'on observe en Alberta.» Selon lui, l'approbation des projets fait au contraire l'objet d'un processus rigoureux.

Investissements colossaux

Derrière les critiques à peine voilées à l'endroit de groupes comme Greenpeace, il y a surtout la volonté de défendre des investissements qui s'annoncent colossaux au cours des prochaines années. Uniquement dans le cas de Total — la sixième entreprise au monde en importance selon le Fortune 500 —, on parle de 15 à 20 milliards de dollars d'ici 10 à 15 ans en Athabasca, et ce, dans le but de produire plus de 250 000 barils par jour.

La multinationale est présente, par l'entremise de sa filiale Total Exploration & Production Canada, dans trois projets d'extraction de sables bitumineux en Alberta, où se trouve la deuxième réserve mondiale d'or noir. Il s'agit d'abord de Surmont, qui produit actuellement 20 000 barils par jour et devrait en produire 110 000 d'ici 2015. Total s'implique aussi dans le projet Joslyn, qui devrait être lancé d'ici deux ans et pourrait produire 200 000 barils par jour. Il y a enfin celui de Northern Lights, pour lequel les études d'avant-projet ne sont pas terminées. On espère en outre exploiter un jour une raffinerie dans la région d'Edmonton.

Par Alexandre Shields - Source : ledevoir.com


Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Information recueillie par Tanka, au titre d'information uniquement.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire