TiSA : un accord géant de libre-échange en discrètes négociations - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/08/2014 à 00h10 par Jacky.


TISA : UN ACCORD GÉANT DE LIBRE-ÉCHANGE EN DISCRÈTES NÉGOCIATIONS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
TiSA : un accord géant de libre-échange en discrètes négociations

 

Réunis à Paris mardi 8 juillet pour préparer le prochain volet de la régulation financière européenne, les représentants du monde financier ne semblent pas être particulièrement au fait des négociations secrètes qui pourraient demain bloquer toute volonté régulatoire de 50 des plus grandes économies mondiales. Une perspective nommée TiSA, pour Trade in Services Agreement, ou Accord sur le commerce des services en français.

WikiLeaks a fait fuiter le mois dernier un document de travail datant d'avril 2014, portant sur le chapitre des services financiers. S'il ne s'agit pas du texte définitif, puisque les négociations sont encore en cours, il permet de se faire une idée de ce à quoi pourrait ressembler cet accord de libéralisation déjà tant décrié.

C'est quoi l'idée ?

Pourquoi un tel accord ?

Quels intérêts sont en jeu ?

Que changera concrètement TiSA ?

Les négociations sont-elles secrètes ?

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Mathilde Damgé et Maxime Vaudano, publié par lemonde.fr et relayé par SOS-planete

 

Lire également :

Tisa, ces négociations commerciales secrètes qui visent à accélérer privatisations et dérégulations

 

 

Ni lu, ni connu, mais voté ! Au royaume des aveugles, l'accord TISA est roi...

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer au financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Mathilde Damgé et Maxime Vaudano

Source : www.lemonde.fr