Les toutes dernières meilleures nouvelles du crépuscule. La moutarde qui monte, qui monte, qui monte

Thons rouge, requins, coraux, éléphant et ours blanc à la CITES - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/02/2010 à 12h15 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Thons rouge, requins, coraux, éléphant et ours blanc à la CITES

Le thon rouge, plat de résistance de la conférence mondiale de la CITES

Les Etats membres de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) ont proposé de nouvelles mesures pour la conservation et l'utilisation durable du thon rouge, des populations d'éléphants, de plusieurs espèces de requins, coraux, reptiles, inclans et plantes.

Plus de 40 propositions seront ainsi soumises à considération lors de la prochaine conférence triennale de la CITES qui se tiendra à Doha (Qatar) du 13 au 25 mars. Certains gouvernements proposent notamment de cesser d'appliquer la réglementation CITES à des espèces qui ne sont plus menacées grâce aux efforts de la Convention depuis son entrée en vigueur il y a 35 ans.

Bon nombre de ces propositions reflètent la préoccupation internationale croissante face à l'accélération de la destruction des écosystèmes marins et forestiers du monde, qui résulte de la surpêche et de l'abattage excessif des arbres, et des impacts potentiels du changement climatique sur les ressources biologiques de la planète. L'assemblée générale de l'ONU a déclaré 2010 l'année de la biodiversité et la conférence de la CITES sera un moment charnière de cette année pour prendre des mesures en faveur de la biodiversité.

Les autres questions inscrites à l'ordre du jour incluent l'adoption de mesures urgentes pour s'attaquer au commerce illégal du tigre, des rhinocéros et d'autres espèces au bord de l'extinction, pour examiner les impacts potentiels des mesures de la CITES sur les moyens d'existence des pauvres en milieu rural, qui sont souvent en première ligne dans l'utilisation et la gestion des espèces sauvages, et pour allouer des ressources financières suffisantes afin que la CITES puisse atteindre pleinement ses buts. Une augmentation substantielle du budget sera nécessaire pour garantir la mise en oeuvre correcte des mesures dont l'adoption sera proposée à Doha. Le budget annuel actuel du Secrétariat CITES est d'environ 5 millions de dollars américains.../...

Thon rouge et requins
...

Coraux
...

Un débat qui dure depuis longtemps: les éléphants et l'ivoire

Le débat mondial au long cours sur l'éléphant d'Afrique met en balance les avantages que les recettes générées par les ventes d'ivoire pourraient procurer à la conservation et aux communautés locales qui vivent près de ces grands animaux potentiellement dangereux, et la crainte que ces ventes n'encouragent le braconnage.

Les propositions soumises cette année (proposition 4, proposition 5 et proposition 6) reflètent à nouveau des opinions opposées quant à la meilleure manière d'améliorer la conservation et l'utilisation durable du plus grand animal terrestre.

La CITES a interdit le commerce international de l'ivoire en 1989. En 1997 et en 2002, reconnaissant que certaines populations australes de l'éléphant d'Afrique étaient saines et bien gérées, elle a autorisé l'Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe à vendre au Japon plus de 150 t d'ivoire de leurs stocks. Les ventes ont eu lieu en 1999 et en 2008 et ont raporté 20 millions d'USD pour la conservation de l'éléphant et pour des programmes de développement des communautés vivant dans les aires à éléphants ou à proximité.

Cette année, pendant la conférence, la République-Unie de Tanzanie et la Zambie chercheront à obtenir elles aussi la possibilité de vendre leurs stocks gouvernementaux qui se sont accumulés avec le temps. La République-Unie de Tanzanie a un stock de près de 90t. et la Zambie un stock d'un peu plus de 21 t.

Etant d'un avis opposé, le Congo, le Ghana, le Kenya, le Libéria, le Mali, le Rwanda et la Sierra Leone proposent l'arrêt du commerce international limité d'ivoire de l'éléphant d'Afrique actuellement autorisé et demandent un moratoire de 20 ans avant que soit soumise une quelconque proposition d'assouplir le contrôle du commerce international des éléphants d'Afrique.

Ours blanc et autres propositions

...

Comprendre la CITES
...


Pour lire l'article en entier, cliquer sur "lien utile"

par le PNUE - Programme des Nations Unies pour l'Environnement

sur Newspress


Info sélectionnée par Lo

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.