Thon rouge : le gouvernement hésite, les Français tranchent - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/01/2010 à 18h11 par Tanka.


THON ROUGE : LE GOUVERNEMENT HÉSITE, LES FRANÇAIS TRANCHENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Thon rouge : le gouvernement hésite, les Français tranchent

Information recueillie par Tanka

Alors que le gouvernement français hésite encore à appuyer le classement du thon rouge en espèce en danger, un sondage CSA/Greenpeace montre que les Français souhaitent stopper sa commercialisation.

L'inscription du thon rouge par la France dans la Convention internationale sur le commerce des espèces en danger (CITES), synonyme d'interdiction du commerce international, est sans cesse repoussée, en raison des conséquences qu'elle aura sur la profession maritime, en particulier en Pays Basque nord.

"Combien de fois devra-t-on rappeler que la population de thons s'effondre de 80% sur les vingt dernières années ?", s'interroge François Chartier, chargé de campagne Océans à Greenpeace France.

A l'initiative de l'organisation de défense de l'environnement, un sondage CSA/Greenpeace a été effectué les 20 et 21 janvier derniers sur un échantillon national "représentatif" de 1.014 personnes, et ses résultats montrent que 65% des Français se disent favorables à l'interdiction de la commercialisation internationale du thon rouge.

74% des Français estiment par ailleurs que le thon rouge est une espace menacée, contre 9% qui pensent le contraire. 78% seraient prêts à arrêter d'en manger, contre 14% qui ne le souhaitent pas.

Voilà sans conteste de quoi nourrir la protection efficace et immédiate de l'espèce que réclame Greenpeace.

La population française, mais aussi les acteurs économiques sont déjà mobilisés : des groupes de grande distribution se sont engagés à ne plus vendre de thon rouge et les Relais Châteaux n'en servent plus depuis le début de l'année.

"L'inscription en annexe 1 de la Cites, et donc l'interdiction de la commercialisation internationale du thon rouge, sans condition et sans délai, est l'unique solution pour sauver l'espèce", rappelle François Chartier, "Bruno Le Maire, le ministre de l'Agriculture, est le seul au sein du gouvernement à ne pas encore avoir entendu cette réalité…Veut-il la mort du thon rouge ?"

"A quand des engagements clairs, qui ne pourront que peser dans les négociations pour la Cites au sein des 27 pays de l'Union européenne ?", demande encore Greenpeace.

Source : eitb.com

Pour en savoir plus sur la situation planétaire