The Cove : des cinéastes s'opposent au massacre de dauphins au Japon... - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/08/2009 à 01h05 par Phil.


THE COVE : DES CINÉASTES S'OPPOSENT AU MASSACRE DE DAUPHINS AU JAPON...

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
The Cove : des cinéastes s'opposent au massacre de dauphins au Japon...

Une information sélectionnée par Phil'

Toute l'équipe de RC (Réseau-Cétacés) est ravie de vous annoncer la sortie INTERNATIONALE d'un film dénonçant les massacres annuels de dauphins au Japon ! Nous vous tiendrons informés de la sortie dans les salles françaises, prévue dans quelques mois.

Nous reproduisons ci-dessous l'un des articles en rapport, paru sur WAtoday.com.au (Australie), le 14 juillet 2009.

Les réalisateurs d'un documentaire qui traite de la cruauté infligée aux dauphins dans une baie reculée à Taiji, ville japonaise jumelée avec Broome (Australie), espèrent que les scènes du film choqueront suffisamment les Australiens occidentaux pour les faire réagir.

Les cinéastes souhaitent que le conseil municipal de Broome Shire rompe les liens avec la ville, où des dauphins sont capturés pour l'industrie du divertissement des delphinariums ou sont tués pour la consommation humaine, lors d'une mission confidentielle durant laquelle des milliers de mammifères sont capturés.

Les cinéastes déclarent que 23 000 dauphins sont massacrés dans la baie, chaque année.

Le réalisateur de The Cove, Louie Psihoyos, déclare avoir pris connaissance de ces pratiques après que Richard O'Barry, qui a capturé et dressé des dauphins pour la série télévisée Flipper, l'ait informé du massacre. O'Barry est un des opposants les plus démonstratifs au monde contre ce type de traitements infligé aux dauphins.

« Il m'a dit qu'ils tuaient ceux qui n'étaient pas sélectionnés et qu'ils donnaient leur viande aux cantines des écoles » témoigna Psihoyos.

« Je n'imaginais pas qu'une civilisation puisse tuer des dauphins. »

La baie, située à proximité de ce village japonais reculé, est étroitement surveillée. Obtenir des séquences fut une mission difficile pour les cinéastes, dont la présence n'était pas la bienvenue. Le résultat est un film qui a été décrit comme étant à mi-chemin entre Flipper et La Mémoire dans la Peau.

«Dans la ville, on se serait cru comme dans un roman de Stephen King, en apparence toute la ville montrait de la considération et un profond respect pour les dauphins et les baleines, mais ce qui se déroulait dans cette gorge reculée était une toute autre histoire, à laquelle il fallait absolument que j'aie accès » dit Psihoyos.

« Ma sensibilité pour toute vie animale a été renforcée, parce qu'une fois que tu as ouvert les yeux sur leur détresse, il est difficile de leur refermer ton coeur . »

Les cinéastes espèrent ainsi divulguer ces pratiques à la population japonaise, dans l'espoir que les japonais fassent pression sur les autorités pour mettre fin à ce massacre. Ils ont déjà réussi à faire enlever la viande de dauphins des menus des cantines scolaires en ville, après avoir prouvé que la viande était contaminée.

Plus de 400 personnes ont signé la pétition en ligne pour que le conseil municipal de Broom Shire rompe les liens avec sa ville jumelée au Japon jusqu'à ce que le massacre cesse et dans le but d'exercer une pression sur les autorités de Taiji pour mettre fin à ces pratiques.

Le film, qui est annoncé comme un appel à l'action pour les personnes qui s'opposent à ce que ces dauphins subissent, sortira dans les salles à partir du 20 août.

Site officiel du film et bande annonce : The Cove