Tepco : «Nous n'avons pas d'autre choix que de relâcher de la radioactivité dans l'environnement» - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/03/2013 à 14h06 par kannie.


TEPCO : «NOUS N'AVONS PAS D'AUTRE CHOIX QUE DE RELÂCHER DE LA RADIOACTIVITÉ DANS L'ENVIRONNEMENT»

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Tepco : «Nous n'avons pas d'autre choix que de relâcher de la radioactivité dans l'environnement»

 

Lors d'un passage sur le plateau de NHK World, le directeur général de Tepco, M. Akira Kawano, a estimé qu'il devenait techniquement impossible à son entreprise de continuer de stocker sur le site les effluents radioactifs contaminés par les réacteurs éventrés de Fukushima-Daiichi.

Tepco et M. Kawano entendent revenir à la grande époque de l'océan-poubelle

Visiblement très ennuyé d'avoir à s'exprimer de la sorte, le directeur général de Tepco a précisé –les yeux baissés– qu'il existait différentes techniques pour relâcher ce que Tepco se dit désormais incapable de stocker davantage comme “la vidange directe dans l'océan” ou encore “l'évaporation”. Il s'agit en fait d'une technique bien rodée de désinformation : quand on n'est pas capable d'expliquer succinctement “pourquoi”, on explique longuement “comment”.

La décharge directe dans l'océan avait été utilisée du 4 au 11 avril 2011 afin de vidanger plus de 10.000 tonnes d'eau ”faiblement contaminée” du bâtiment-turbine n°5 et 6 afin de faire de la place pour stocker l'eau nettement plus contaminée provenant des tranchées des unités n° 1, 2 et 3.

La dispersion par évaporation avait quant à elle été utilisée préalablement à l'automne 2011 sous le couvert d'une soi-disant protection des massifs boisés entourant la centrale contre les départs de feu (sic).

A l'automne 2011, Tepco a dispersé de l'eau radioactive au niveau de l'environnement terrestre...

Ce sont donc environ 17.000 tonnes d'eau “faiblement” contaminée qui ont été vidangées non seulement au niveau des forêts entourant le site mais également au niveau de routes et d'équipements sportifs (re-sic) afin d'éviter, cette fois-ci, aux particules radioactives déposées par les rejets antérieurs de “se retrouver de nouveau en suspension dans l'air”.

Bon, ajouter une couche de radioactivité supplémentaire à un terrain contaminé ne parait pas au premier abord une opération particulièrement intelligente mais il fallait bien trouver une pseudo-justification à cette nouvelle opération de vidange environnementale.

 

 

L'eau tritiée, un élément impossible à isoler, se retrouve intégralement injectée dans l'environnement

Tepco entend débuter ses opérations de purge après la mise en service de la nouvelle unité de décontamination ALPS qui est censée sur le papier récupérer la majeure partie des éléments radioactifs contenus dans l'eau ; cette unité s'avère malheureusement incapable de “fixer” l'un des radionucléides les plus insaisissables du combustible nucléaire : le Tritium-3 se retrouvant piégé dans l'eau sous la forme d'eau tritiée (3H2O ou HTO).

Cette eau tritiée est l'un des éléments les plus radioactifs qui soit et présente en outre une période relativement importante. Étant donné que l'eau tritiée est d'une composition chimique très ressemblante à celle de l'eau normale, il est particulièrement délicat de séparer l'une de l'autre par un processus technologique éprouvé.

Même si l'eau tritiée présente –officiellement– une radiotoxicité relativement faible (1.8*10-11 Sv/Bq), les quantités importantes de Tritium libérées du combustible lors de la fusion des coeurs des 3 unités de Fukushima-Daiichi ont représenté à elles seules près de 5*1014 Bq, soit 500 TBq, à comparer avec des rejets annuels moyens de H3 par une installation électronucléaire française estimés à environ 10 TBq/an...

 

Un article de gen4.fr, relayé par SOS-planete

 

SOS-planete, c'est environ 5500 visiteurs par jour ! 32 millions depuis la conception en 1999. Pourtant, l'association Terre sacrée qui édite le site repose actuellement sur à peine 95 adhérents et 9 lanceurs passionnés.
N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer, à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Gen 4

Source : gen4.fr