Témoignage d'un dernier souffle - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/08/2009 à 00h29 par Isabelle.


TÉMOIGNAGE D'UN DERNIER SOUFFLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Témoignage d'un dernier souffle

Texte d'Isabelle
Histoire nourrie de faits issus de rapports officiels.
Comment au nom de religions, l'homme peut rendre encore plus horrible l'abattage, abomination voulue et même demandée par tous les consommateurs, toutes religions confondues ?
Je lance au travers de cette histoire un cri douloureux, un cri de révolte, car je souhaite montrer l'insoutenable afin de responsabiliser chaque acteur de la chaine.

Je ne me doutais pas devoir souffrir un jour, souffrir tout court et encore moins au nom d'une religion.

J'entendais parler ces hommes de viande halal obtenue au travers d'un rite musulman et même de viande cachère voulue dans le rite juif.

Il était question d'abattage selon certaines règles, sans étourdissement possible.

Bien malheureusement je pus plus tard constater à mes dépends que ces mêmes règles n'étaient pas respectées...

Comment aurais-je pu comprendre que le morceau de viande c'était moi et que la mort venait plus vite que prévu, servie la tête en bas, dans l'horreur la plus totale ?

Déjà marqué par la séparation brutale d'avec ma mère, après l'avoir appelée des jours durant, je me suis trouvé entassé quelques mois plus tard dans un camion, étouffant en cet espace mouvant, assoiffé et oubliant tout espoir de paix.

Moi, petit veau parmi d'autres, effrayé et blessé par bien des chutes, je pu enfin me redresser lorsque le camion stoppa complètement.

Ce n'était pas le dernier arrêt et des images aperçues je m'en serais bien passé !

Il y avait de l'attente et nous dûmes patienter un moment devant l'agonie d'animaux, sans se douter que bientôt notre sort serait certainement le même : l'ouverture par laquelle l'air chaud pénétrait donnait sur la fenêtre d'un grand hangar.

Des cages de poulets vivants s'entassaient depuis des heures certainement, sans eau ni nourriture.

Certains étaient même mourants.

Ils étaient sortis rudement et suspendus par les pattes, à la chaine.

Ils restaient la tête en bas parfois plus de 5 minutes !

Ceux qui attendaient toujours dans les caisses étaient témoin de tout ce qui se passait sous leurs yeux.

Et le spectacle, pourtant déjà difficile à voir, se transforma en spectacle de l'horreur.

Combien j'ai regretté à ce moment là que mon camion de torture ne redémarre pas !

Je voyais le sol de cet hangar : il était recouvert de sang frais et de sang coagulé alors même que quelques poulets le traversaient en courant...s'étaient-ils échappés ?

Depuis combien de temps s'égaraient-ils ainsi dans le sang de leurs frères ?

En tout cas, la chaine défilait, dans les cris sourds de mes congénères, me glaçant de ce que je voyais : elle allait trop vite devant un homme seul et dépassé, qui courait d'une machine à l'autre.

Les premiers poulets furent directement égorgés, leur sang gicla sur les autres encore vivants. Je n'ose imaginer l'effroi qui devait les habiter.

Mais l'horreur ne s'arrêta pas là : l'homme fut dépassé et 4 poulets furent ébouillantés vivants sous nos yeux, sans avoir été égorgés.

Encore en vie, ils ont été replacés en début de chaine : retour à la case départ, la souffrance était bien au rendez-vous !

Religion disons-nous ?

Mais au nom de quelle religion un être humain est-il capable d'autant de cruauté ?

Allais-je subir le même sort ?

Je n'allais pas tarder à avoir des réponses...mais ces réponses là je n'en voulais pas. suite...

Lire la suite de cet article en cliquant sur le "Lien utile".