TELETHON 2010, N'Y PARTICIPONS SURTOUT PAS - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/10/2010 à 22h08 par Phil.


TELETHON 2010, N'Y PARTICIPONS SURTOUT PAS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
TELETHON 2010, N'Y PARTICIPONS SURTOUT PAS

-
-

Derrière la prétendue générosité, il y a l'expérimentation sur les animaux, avec son cortège d'horreurs, de souffrances et de misère pour ces pauvres êtres torturés et maltraités, alors, non, n'y participons pas:

TELETHON 2010, JE DIS NON!!!!

Cette année pour le Téléthon 2010 donnons à ceux qui n'exploitent pas des êtres sensibles.

Donnons à ceux qui pratiquent une science responsable avec des méthodes de recherche modernes, fiables et non cruelles.

Cette année ayons encore plus de coeur, faisons un don aux chercheurs qui ne torturent pas les animaux.

Envoyez vos dons ici :

Association pour l'Abolition des Expériences sur les Animaux

Comité Scientifique Proanima

Antidote-Europe

Chaque décembre des millions d'euros sont donnés au Téléthon.

Une grande portion de ces dons est investie dans les projets de l'expérimentation animale pour la "recherche" sur les maladies génétiques.

Résultat : En dépit - ou justement à cause - des intensives recherches sur les animaux, soutenues au cours des dernières décennies avec d'énormes moyens, et malgré de nombreuses annonces de succès par les expérimentateurs, pas une seule maladie génétique n'est guérissable sur la base des expériences sur les animaux.

A cause des différences fondamentales entre les espèces et leurs métabolismes, les expériences sur les animaux ne permettent pas de déductions utiles et fiables pour les humains.

En outre, une "maladie" induite artificiellement et de force à un animal n'est pas comparable à une maladie génétique qui survient naturellement et spontanément chez un humain.

En fait, la fixation sur l'expérimentation animale inutile et non fiable garantit que les maladies génétiques restent incurables.

Nous avons besoin d'une nouvelle génération de chercheurs qui renoncent aux expériences sur les animaux et qui se concentrent sur une médecine véritablement humaine.

Afin de réaliser de vrais progrès dans le soulagement, la guérison et la prévention des maladies graves, les chercheurs doivent se concentrer sur les méthodes utiles et fiables qui s'appliquent directement aux humains.

Dr méd. Dr phil.Christopher Anderegg,

http://www.animalexperiments.ch/

Colleen McDuling :
"Je ne suis pas qu'une scientifique en comportement animal, je suis également une biochimiste moléculaire.

J'étudie les fonctions de l'ADN au sein de nos cellules. L'ADN fait de nous ce que nous sommes.

Notre ADN n'est pas le même que celui d'une souris ou d'un chat. Nous sommes tous différents. Nous partageons 99 % de notre ADN avec les chimpanzés, qui sont nos plus proches parents.

Pourtant, ces derniers ne peuvent attraper notre malaria, notre VIH-SIDA ou notre hépatite B. Et certaines personnes pensent que les animaux sont le modèle idéal pour étudier les maladies humaines.

Toutes les recherches devraient être faites espèce par espèce. On ne peut extrapoler sans danger les données obtenues d'une espèce sur une autre espèce. La vivisection est une fraude scientifique."

Les animaux ne sont absolument pas représentatifs de l'espèce humaine.

Ils sont biologiquement très différents, déjà les uns par rapport aux autres, et de plus, ces différences sont encore plus considérables entre eux et les humains.

[...]

Les animaux ne permettent pas de prévoir ce qui se passera pour les humains. Ils ne peuvent en aucune façon être considérés comme des indicateurs fiables de ce qui arrivera aux humains.

Ce que l'on découvre chez les animaux doit être redécouvert chez les humains.

Nous possédons la technologie qui nous permet de développer des alternatives à l'expérimentation animale.

Nous en avons déjà développé certaines, telles que l'utilisation des leucocytes humains pour détecter des substances causant fièvres et autres réactions.

Ces alternatives sont moins dangereuses, plus fiables, plus reproductibles et en fait spécifiques à l'espèce humaine.

En utilisant ces alternatives et en en développant d'autres, nous créons un système de test moins dangereux qui rendra la médecine et la science plus fiables pour l'humain.

Au 21ème siècle, nous devrions nous efforcer en premier lieu de rendre ce monde meilleur pour tous en développant une science avec conscience et empreinte de compassion.

Voir la liste des médicaments testés sur les animaux, toxiques pour les humains, en cliquant sur "lien utile".
-
-

Pour en savoir plus sur la situation planétaire





Auteur : VGBIO

Source : archedenoelle.over-blog.com