Tara va quitter Paris et mettre le cap vers l'Arctique - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/02/2013 à 23h08 par Fred.


TARA VA QUITTER PARIS ET METTRE LE CAP VERS L'ARCTIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Tara va quitter Paris et mettre le cap vers l'Arctique

 

Le bateau d'expédition va emprunter le mythique passage du nord-ouest et récolter des données sur l'impact des activités humaines sur la fonte des glaces.

Tara va replier ses mâts pour suivre la Seine et passer sous les ponts. Le bateau amarré le long des quais de Paris quittera la capitale le 6 février pour repartir dans une grande expédition scientifique baptisée cette fois-ci «Tara oceans polar circle 2013». La destination est en effet l'océan Arctique.

C'est la seule région du monde qui avait manqué lors de la précédente expédition qui s'est achevée l'an dernier après une collecte d'échantillons de planctons sur tous les océans de la planète. Avant d'entamer cette circumnavigation, Tara va encore faire quelques escales sur les côtes françaises.

Le Havre et Lorient d'abord avant de descendre en Méditerranée : Marseille, Monaco, Villefranche sur mer où se trouve l'un des grands laboratoires français d'océanographie, puis ce sera Toulon avant de remonter : Bordeaux, Roscoff et enfin Lorient dernier arrêt.

Le grand départ pour le grand nord est prévu le 18 mai. Les équipes embarquées à bord vont parcourir quelque 25.000 kilomètres durant 6 mois en passant d'abord par le nord-est et en achevant leur tour par le nord ouest, les deux endroits où la glace aura suffisamment fondu pour évoluer sans peine à cette saison.

Les scientifiques vont travailler sur cette mission en collaboration avec des chercheurs appartenant à des laboratoires canadiens et russes, spécialistes de l'Arctique.

Au-delà de la recherche biologique, les scientifiques vont s'employer à récolter des données sur la vulnérabilité des régions polaires aux activités humaines et notamment l'impact de la fonte de la banquise qui est chaque année plus importante sous l'effet du réchauffement climatique très marqué dans ces régions du grand nord. A ce jour, seuls deux voiliers ont suivi ce parcours dans l'océan Arctique.

 

Un article de Court Marielle, publié par nautisme.lefigaro.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Court Marielle

Source : nautisme.lefigaro.fr