Surprise : un trou noir supermassif caché là où on ne l'attendait pas - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/01/2011 à 13h58 par Mich.


SURPRISE : UN TROU NOIR SUPERMASSIF CACHÉ LÀ OÙ ON NE L'ATTENDAIT PAS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Surprise : un trou noir supermassif caché là où on ne l'attendait pas

Henize 2-10 est une galaxie naine du groupe local située à 30 millions d'années lumière de nous. Déjà relativement bien étudiée, elle vient pourtant d'être le sujet d'une communication étonnante lors du congrès de l'American Astronomical Society de Seattle. L'étude rapportée par Amy Reines (Université de Virginie) vient d'être publiée dans l'édition en ligne de Nature du 9 janvier 2010.

Reines et ses collègues ont observé Henize 2-10 dans la gamme des ondes radio par le Very Large Array et par le télescope spatial Hubble. Ils ont trouvé près du centre galactique une région émettant de fortes ondes radios semblables à celles caractérisant les puissants jets de matières émis par l'environnement immédiat des trous noirs.

Ils ont ensuite consulté les données enregistrées par le télescope spatial Chandra dans la gamme des rayons X. Des rayonnements X de hautes énergies émanent de la même région. La présence d'un trou noir massif et actif est démontrée.

“Peu de galaxies naines sont connues possédant des trous noirs massifs”, commente Grégory Sivakoff (Université de Virginie), co-auteur de l'étude. Pendant longtemps les astronomes, au vu de leurs observations, ont pensé que la taille des trous noirs centraux était proportionnelle à celle de leurs galaxies hôtes.

Il était logique que les grandes galaxies comme la nôtre abritent d'importants trous noirs centraux, grossissant au fil des milliards d'années. Jusqu'il y a deux ans où une équipe d'astronomes a découvert l'existence de trous noirs massifs dans le jeune univers, ce qui est une preuve qu'ils étaient de tailles importantes avant que leurs galaxies ne grossissent à leur tour.

Henize 2-10 avec sa forme irrégulière et son diamètre de 3 000 années lumière (contre 100 000 pour notre Voie Lactée) ressemble assez à ce que pouvaient être les galaxies primitives. D'autant qu'elle connaît actuellement une fièvreuse poussée d'étoiles se concentrant dans de nombreux et très denses superamas d'étoiles.

“Cette galaxie ressemble probablement à celles de l'Univers très jeune, quand elles commençaient à peine à se former et entraient fréquemment en collision. Toutes ses propriétés, y compris le trou noir supermassif, nous donnent de nouveaux indices importants sur la façon dont ces trous noirs et galaxies se sont comportés à cette période “, conclut Kelsey Johnson (Université de Virginie), autre membre de l'équipe.

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : NRAO

Source : legnome.net