Sur Europe, les glaces de surface révèlent un océan - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/03/2013 à 14h35 par Fred.


SUR EUROPE, LES GLACES DE SURFACE RÉVÈLENT UN OCÉAN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sur Europe, les glaces de surface révèlent un océan

 

Des échanges existent entre la surface et l'océan sous-glaciaire d'Europe. Une bonne nouvelle pour la recherche de vie sur la lune de Jupiter.

Le deuxième satellite galiléen de Jupiter est entièrement couvert de glace. Dans le but de comprendre quels sont les éléments, autres que la glace d'eau, qui constituent sa surface, Mike Brown, du Caltech et Kevin Hand, du JPL, l'ont cartographiée avec un spectrographe (un instrument capable de décomposer la lumière émise par les objets) branché sur le télescope Keck (Hawaï).

Un océan d'eau salée

Dans leurs données, les astronomes ont découvert une signature encore jamais vue à la surface, celle d'un sulfate de magnésium, plus précisément de l'épsomite. Or, d'après l'équipe, cet élément ne peut provenir que de l'océan, situé sous la croûte glacée, d'une épaisseur de 100km. C'est donc la preuve que des échanges ont lieu entre la surface et l'océan. L'équipe en déduit notamment que l'océan d'Europe doit être salé, tout comme les océans terrestres.

De grands lacs dans la croûte

Fin 2011, des chercheurs de l'université du Texas avaient déjà montré, grâce à des simulations numériques, que de tels échanges existaient. Pour eux, des remontées d'eau venant de lacs nichés dans l'épaisseur de la croûte d'Europe sont à l'origine de structures circulaires repérées, en surface, par la sonde Galileo au milieu des années 1990.

Une bonne nouvelle pour la vie

Ces découvertes suggèrent que l'eau salée de l'océan d'Europe peut s'enrichir des éléments minéraux de surface favorables à la vie, car éclairés par le Soleil. Mais aussi que, pour connaître la composition de l'océan d'Europe, il ne sera peut-être plus nécessaire de forer la glace ; un prélèvement d'échantillon en surface pourrait suffire.

 

Un article de Émilie Martin, publié par cieletespace.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Émilie Martin

Source : www.cieletespace.fr