Sur 102 espèces de fleurs sauvages recensées en France, 52 sont menacées - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/10/2011 à 21h47 par Mich.


SUR 102 ESPÈCES DE FLEURS SAUVAGES RECENSÉES EN FRANCE, 52 SONT MENACÉES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sur 102 espèces de fleurs sauvages recensées en France, 52 sont menacées

 

La disparition des fleurs sauvages en France métropolitaine met en péril la préservation de la biodiversité. L'activité humaine étant en cause, le ministère de l'Ecologie prépare un plan de sensibilisation et d'information pour la protection de cette flore inestimable.

Majoritairement présentes en bord de cultures, les fleurs sauvages ont longtemps prospéré en plein champs aux côtés du blé, du seigle et de bien d'autres céréales. C'était avant le triomphe de l'agriculture intensive, venue littéralement les chasser de leurs terres. Traitées comme des mauvaises herbes, elles sont arrachées pour faire place aux semences spécialisées.

« Pour atteindre le plus grand rendement possible, les agriculteurs ont augmenté la densité de semis et ont empêché ces espèces de se développer », résume Frédéric Coulon, membre de l'organisation Solagro, spécialisée dans le développement durable et qui ne cesse d'alerter sur cet authentique massacre.

En Île-de-France, un tiers des fleurs sauvages aurait déjà disparu tandis qu'un autre tiers serait menacé d'extinction. « Sur 102 variétés identifiées en France, 52 sont menacées et sept ont déjà disparu », ajoute Amélie Coantic, du ministère de l'Ecologie. Si rien n'est fait, l'oeil de faisan, la nielle des blés, le bleuet ou encore le miroir de Vénus pourraient bientôt ne plus faire partie des paysages français.

Une perspective qui inquiète grandement les scientifiques, pleinement conscients que ces fleurs témoignent de la qualité de la biodiversité sur les terres agricoles, en nourrissant les insectes pollinisateurs – essentiels pour les céréales – et en participant à la lutte contre les ravageurs. En attirant les coccinelles et les syrphes qui mangent les nuisibles, elles réduisent en effet (tout du moins en théorie) le recours aux pesticides et autres produits chimiques.

De précieuses alliées pour une agriculture durable donc... et la certitude qu'une disparition totale de ces plantes impacterait sur la qualité des sols et aurait de fait de graves conséquences sur les cultures.

Plans nationaux d'action

Le ministère de l'Ecologie a fini par s'emparer du dossier et a élaboré des plans d'action nationaux pour la période 2012 – 2016. Selon le même principe que la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le groupe français de l'UICN et le Museum d'Histoire naturelle ont dressé un inventaire national.

La création de zones agro-écologiques est également envisagée. Celles-ci doivent permettre l'implantation de bandes de fleurs protégées et l'aménagement de sites de reproduction, le tout bien sûr dans une optique de conservation de l'habitat.

Il s'agira en outre d'identifier de façon précise les causes de la disparition des espèces pour ensuite réensemencer, « annuler » des terres en jachère, réduire l'usage des pesticides et des engrais et aménager les infrastructures routières concernées.

D'une manière générale, le gouverment ambitionne de combiner la prospérité de l'activité économique agricole et la préservation des espèces sauvages. Un objectif aussi louable que difficile à atteindre et qui suppose une profonde réflexion. Ce qui explique sans doute pourquoi les premiers chantiers ne seront lancés qu'en 2013.

 

Un article de Anna Demontis, publié par zegreenweb.com

 

Afficher la Source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Anna Demontis