Succès retentissant pour le Défi Climat - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/05/2010 à 17h25 par Tanka.


SUCCÈS RETENTISSANT POUR LE DÉFI CLIMAT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Succès retentissant pour le Défi Climat

Pour sa troisième année d'existence au Québec, le Défi Climat a obtenu la participation de 59 000 personnes, qui ont enregistré un ou plusieurs engagements pour réduire leur empreinte écologique et en particulier leurs émissions de gaz à effet de serre.

De plus, le programme a mobilisé à des degrés divers 1191 entreprises, institutions et organismes, soit le double des prévisions, a précisé hier la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, lors de la clôture de cette initiative annuelle hier au Centre de la santé de Laval.

Le Défi Climat a d'abord été lancé par les libéraux dans le cadre du programme fédéral de lutte contre les changements climatiques, au milieu de la dernière décennie. Mais il devait finir sous le rouleau compresseur des conservateurs. Il a été ressuscité par le Conseil régional de l'environnement de Montréal en 2008 avec la collaboration du Conseil régional des élus et de l'organisme Équiterre. Puis il a gagné Québec et les milieux de l'éducation pour finalement rejoindre le milieu corporatif.

Les personnes qui participent au Défi Climat enregistrent sur le site Internet du programme leur contribution personnelle à la lutte contre les changements climatiques. On y propose une série de mesures que les gens sont libres d'adopter.

Selon des calculs indépendants, les 347 000 engagements des 59 000 participants auraient évité à la planète 73 445 tonnes de gaz à effet de serre (GES), soit l'équivalent des émissions annuelles de 20 000 voitures.

Québec a versé au Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement (RNCRE) 845 000 $ pour coordonner pendant deux ans ce programme. Quelque 450 000 $ ont aussi été fournis par le programme sur la réduction de la dépendance au pétrole.

Cela équivaut à 16,80 $ par tonne de GES évitée, ce qui correspond à leur valeur marchande. Mais, comme l'avaient évalué à l'époque les fonctionnaires fédéraux, si seulement 10 % des engagements inscrits constituent des pratiques nouvelles attribuables au programme, qui s'ajoutaient à des comportements acquis, la facture de chaque tonne évitée grimperait alors à 168 $, ce qui dépasserait de loin les prix courants des crédits d'émissions.

Par Louis-Gilles Francoeur - Source : www.ledevoir.com

Pour en savoir plus sur la situation planétaire