SNC-Lavalin se rue vers l'Arctique - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/06/2011 à 21h47 par Fred.


SNC-LAVALIN SE RUE VERS L'ARCTIQUE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
SNC-Lavalin se rue vers l'Arctique

 
SNC-Lavalin a décroché un contrat d'importance en lien avec l'exploitation d'un champ de pétrole gigantesque situé en Arctique.

Ce contrat lui a été attribué par le russe Globalstroy-Engineering, qui lui a confié en sous-traitance de premier rang l'ingénierie détaillée et l'approvisionnement du lot 4 de la phase III du projet de Kharyaga.

La firme québécoise fournira également des services de soutien à la gestion de projet et à la mise en service.

Le champ de pétrole de Kharyaga se situe à 60 km au nord du cercle polaire, dans le territoire autonome des Nénètses, dans la province russe de Timan-Pechora, riche en pétrole.

Il sera exploité avec la collaboration de Total, à partir du 14 mai 2013. La phase III du projet comprend la mise en valeur de réserves additionnelles, le maintien d'une production quotidienne de 30 000 barils/jour, l'utilisation d'au moins 95% du gaz associé et l'élimination du brûlage à la torche.

Ce site présente plusieurs défis techniques à surmonter, comme les conditions climatologiques extrêmes, l'éloignement des installations par rapport aux bureaux, les caractéristiques des fluides (kérosène, etc.) et la nécessité de maintenir des opérations simultanées.

Les travaux, qui s'étendront sur 23 mois, ont déjà débuté et seront exécutés depuis les bureaux de Londres (Grande-Bretagne) et de Moscou (Russie), avec le soutien de Vnipineft.

Vnipineft? Il s'agit d'une firme moscovite spécialisée dans la conception de raffineries et de projets pétroliers détenue depuis 2009 à hauteur de 48% des parts par la firme québécoise.

«Nous sommes enchantés d'avoir obtenu ce mandat. Nous faisons affaires en Russie depuis de nombreuses années et nous avons pleinement confiance dans ce marché», dit Jean Beaudoin, vice-président directeur, du Groupe SNC-Lavalin, sans dévoiler le montant du contrat.

C'est que le pétrole renfermé dans les terres arctiques font l'objet de toutes les convoitises. La zone recèlerait 90 milliards de barils de pétrole et 300 milliards de barils de gaz, selon une récente étude.

D'ailleurs, le russe Rosneft et le britannique BP ont convenu en début d'année d'explorer et de développer ensemble des blocs d'hydrocarbures - EPNZ 1,2,3 - sur le plateau continental russe de l'Arctique.

 

Un article de Olivier Schmouker, publié par les affaires.com

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Olivier Schmouker

Source : www.lesaffaires.com