La Race humaine n'est pas au-dessus de la Nature. Toutes les espèces en vie sont dans le même bateau

Sichem Osprey: remis à flot après 24 jours sur l'atoll de Clipperton - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/03/2010 à 21h06 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sichem Osprey: remis à flot après 24 jours sur l'atoll de Clipperton

Clipperton: un chimiquier en rade sur le récif

C'est une course contre la montre et le mauvais temps qui se joue actuellement sur un minuscule bout de terre française inhabitée, l'îlot de Clipperton, dans le Pacifique, à près de 1300 km des côtes mexicaines. Un combat pour éviter une catastrophe écologique qui mettrait à mal ce joyau de biodiversité, que se partagent des millions de crabes orangés et une colonie - la plus importante du monde - de 100.000 fous masqués.

Depuis le 10 février, le Sichem Osprey, un chimiquier de 170 mètres de long, est échoué sur le platier corallien de l'île. Plus de la moitié de sa coque est posée sur le fond. Dans ses soutes, 6000 tonnes d'huile de soja, 6000 tonnes de suif et 10500 tonnes de xylène, un solvant toxique, volatil et inflammable. Les premières tentatives de remorquage n'ont rien donné. Trop lourd, trop encastré.

Mercredi 3 mars, les équipes de sauvetage ont donc décidé de pomper une partie de la cargaison pour alléger le géant des mers. En commençant par le moins dangereux : l'huile de soja. Sans toucher pour le moment au xylène, trop délicat à manipuler. Quand la houle forcit, elle empêche en effet le Glenn, le navire-citerne dépêché sur place de se mettre à couple et d'aspirer la cargaison du Sichem Osprey.

Mais les opérations progressent et la libération du navire ne serait plus qu'une question d'heures, ou d'un ou deux jours. A condition que la météo reste clémente. Une tempête pourrait tout ruiner.

Quelle que soit l'issue de l'opération, cet échouement - terme de marine qui décrit un acte involontaire, contrairement à l'échouage - restera gravé dans les annales de la mer. Le Sichem Osprey n'est pas un navire poubelle. Il a été construit en 2009. Son armateur est anglais, son pavillon maltais et son propriétaire, Eitzen Chemical Private Limited, est la filiale singapourienne du groupe norvégien Eitzen, à la "réputation tout à fait respectable", indique un expert français.

Négligence humaine

La double coque du navire est restée intacte en dépit du choc. Mais comment un tel bâtiment a-t-il pu foncer à 16 noeuds (30 km/heure, sa vitesse de croisière) sur Clipperton alors que l'îlot, grâce à la roche de 30 mètres de haut qui le domine, est visible sur tout écran radar un peu moderne ?

La collision a eu lieu à 4 heures du matin. Même si les conclusions de l'information judiciaire ouverte par le parquet de Paris pour "mise en danger de la vie d'autrui et infractions au code de la marine marchande" ne sont pas encore connues, la négligence humaine semble l'hypothèse la plus probable: endormissement ? défaut de surveillance radar ?

L'homme de quart parmi les dix-neuf membres d'équipage (des Russes, des Lettons et des Philippins) n'a pas tenu son poste. "Cette histoire est typique du paysage maritime actuel. Armateurs et propriétaires rognent sur les coûts, recrutant des équipages bon marché, dont la maîtrise de la navigation laisse à désirer", constate un officier de marine français.

Point positif, néanmoins : désireux de récupérer son bateau neuf au plus vite et dans le meilleur état possible, la compagnie Eitzen n'a pas lésiné sur les moyens (remorqueurs, navire-citerne...) envoyés sur place. Les opérations, à sa charge, se font sous l'autorité du Haut-Commissariat de Polynésie, dont dépend Clipperton.

Le gouvernement français, inquiet des répercussions d'un désastre écologique, joue la fermeté. Il a "sommé" le groupe norvégien de désenclaver son navire d'ici au 15 mars, pour reprendre sa route vers la Corée-du-Sud et abandonner Clipperton à sa faune et à sa flore.

par Marie-Béatrice Baudet


Source: Le monde 06/03/2010


Le chimiquier Sichem Osprey remis à flots

Selon un communiqué en provenance de V Ships, gestionnaire du navire, le Sichem Osprey a été dégagé le 6 mars à 22 h de sa position sur l'atoll français de Clipperton. L'opération a pu être réalisée grâce à l'allègement des 6000 t. d'huile de soja et d'une partie du xylène.

Cet accident invraisemblable dû à l'erreur humaine d'un équipage incompétent – une enquête est en cours pour déterminer les responsabilités – se termine bien, tout en soulignant la vulnérabilité de ce domaine français dans l'Océan Pacifique. A cet égard, il est souhaitable d'analyser les éventuels effets de cet échouement sur l'anneau corallien qui entoure l'atoll.

Source: Robin des Bois

Infos sélectionnées par Lo

SOS-planete

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.