SIAD : Convaincre que nos pratiques sont bonnes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/06/2011 à 13h21 par Kannie.


SIAD : CONVAINCRE QUE NOS PRATIQUES SONT BONNES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
SIAD : Convaincre que nos pratiques sont bonnes

 

SIAD : Salon International du Bio et de l'Agri-Durable
 

Yves Bertrand est président d'Orgagri, le comité d'organisation du salon de l'agridurable, qui s'installe au parc des expos jusqu'à demain soir.

Le SIAD ouvre ce matin sur fond de doute vis-à-vis de la sécurité alimentaire. Un nouveau mauvais coup porté à la filière fruits et légumes ?

On ne fait que recevoir les accusations, qu'elles soient fondées ou pas. Nous avons à convaincre le consommateur mais pas seulement que nos pratiques sont bonnes, que nous avons fait en sorte qu'elles le soient depuis vingt ans. Nous devons collégialement être plus démonstratifs, accentuer la communication. Le cahier des charges imposé aux producteurs est moderne, adapté aux exigences.

La difficulté reste qu'un scandale présumé, autour du concombre par exemple, remet en cause les efforts dont vous parlez...

On avance mètre après mètre, mais les doutes du consommateur nous font reculer. Ce n'est pas comme au rugby, il est alors encore plus difficile d'en regagner, cela prend plus de temps. Ce qui s'est passé pour le concombre est significatif et terrible pour la profession.

À l'après-guerre, un Français sur deux était agriculteur. Aujourd'hui, nous ne sommes que 3 %. Il y a soixante ans, le citadin avait un rapport direct avec la ruralité. Aujourd'hui, la question est surtout de comment parvenir à communiquer avec les 97 % de Français restants. L'un en face de l'autre, on arrive à se dire les choses.

Vous aviez essuyé les plâtres l'an dernier pour la première édition. Quelles évolutions avez-vous donné au SIAD 2011 ?

Nous avons choisi de créer une édition plus thématique autour de l'eau et de l'agronomie. C'est là la principale évolution.

Lors de la première édition, il est toujours difficile de définir de grands enjeux. Cette fois, l'actualité autour de l'irrigation, de la gestion de la ressource en eau nous y pousse.

[...] La deuxième édition d'un événement est toujours plus difficile. Mais j'ai le sentiment que les esprits ont évolué en l'espace d'un an seulement. On était sans doute précurseur l'an dernier, cette fois on est réellement dans l'air du temps.

Le SIAD se déroulait sur trois jours l'an dernier, sur deux cette année. Pourquoi ce changement ?

Nous avons préféré étoffer les conférences sur deux jours et penser aussi à nos exposants. Cela leur permet de réduire leurs charges tout en restant présent dans les travées du salon. Leur nombre n'a pas évolué par rapport à l'an dernier.

Le SIAD deuxième du nom ouvre ses portes ce matin. Deux thèmes centraux, l'eau et l'agronomie, et une question, comment faire passer le message de la sécurité alimentaire au consommateur.
 

Un article de Stéphane Bersauter, publié par Le Petit Bleu

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

 





Auteur : Stéphane Bersauter

Source : www.ladepeche.fr