Sept-Iles : Les citoyens marchent contre l'uranium - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/12/2009 à 14h48 par Michel WALTER.


SEPT-ILES : LES CITOYENS MARCHENT CONTRE L'URANIUM

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sept-Iles : Les citoyens marchent contre l'uranium

Information recueillie par Michel

SEPT-ILES - Une coalition de citoyens et d'organismes opposés à l'exploitation d'une mine d'uranium dans la région de Sept-Iles a organisé une manifestation qui s'est déroulée dimanche après-midi dans cette ville de la Côte-Nord.

Les manifestants exigent que Québec réagisse rapidement à la démission en bloc de 20 médecins de Sept-Iles et qu'il décrète, dès maintenant, un moratoire sur l'exploration et l'exploitation de l'uranium au Québec.

Le porte-parole de la coalition Sept-Iles sans uranium, Marc Fafard, soutient que le moratoire est nécessaire et ce, «tant que les gens ne seront pas plus informés sur les risques et les dangers associés à l'exploration et à l'exploitation d'uranium».

Selon lui, les dangers sont les mêmes depuis 50 ans mais à l'ère de Copenhague, la situation est devenue urgente. En plus, dit-il, du gouvernement fédéral qui signe des ententes énergétiques avec l'Inde et la Chine.

La coalition souligne également que deux provinces canadiennes ont déjà endossé un tel moratoire sur l'uranium, soit la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Ecosse.

Dans leur lettre ouverte, les médecins démissionnaires justifient leur action pour des raisons de santé publique, affirmant que l'exploitation d'une mine d'uranium pourrait provoquer une radioactivité très nocive.

Le directeur national de la santé publique, le Dr Alain Poirier, a rencontré vendredi à Sept-les le groupe de médecins. A la suite de la rencontre, les deux parties ont convenu de créer un comité pour étudier les dangers de l'exploration et de l'exploitation de l'uranium sur la santé.

Selon M. Fafard, la Coalition a l'appui de la majorité de la population de Sept-Iles, et celui des autochtones. Déjà 7000 personnes, soit environ 30 pour cent des habitants de la ville auraient signé la pétition qui circulait cette semaine contre l'exploitation de la mine d'uranium, et ce, en plus des 5000 amis de la Coalition sur le réseau social Facebook.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire