SÈCHERESSE ET CRISE ALIMENTAIRE: LA NOUVELLE MENACE S'APPELLE PELLAGRE - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/08/2009 à 17h47 par Isabelle.


SÈCHERESSE ET CRISE ALIMENTAIRE: LA NOUVELLE MENACE S'APPELLE PELLAGRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
SÈCHERESSE ET CRISE ALIMENTAIRE: LA NOUVELLE MENACE S'APPELLE PELLAGRE

Information sélectionnée par Isabelle

Une vingtaine de cas de pellagre, grave maladie découlant d'une mauvaise alimentation, ont été recensés dans le petit village de Ndalani, dans le district de Makindu, à 20 kilomètres de la route reliant la capitale Nairobi à la ville côtière de Mombasa, indique une enquête publiée sur le quotidien Daily Nation.

L'étude précise que la sècheresse prolongée a empêché les cultures des végétaux et des légumes et la récolte des arbres fruitiers, contraignant la population à ne se nourrir que de maïs bouilli et de haricots, rares étant ceux qui ont la possibilité de manger la viande de leur chèvre morte de faim.

De graves dermatites de couleur sombre ont fait leur apparition sur le dos, le cou et les bras des enfants et des personnes âgées, devant l'incompréhension de la seule infirmière de la zone, qui, comme tous les Kenyans, n'avait jamais rien vu de pareil ni entendu parler de pellagre, une maladie tristement célèbre jusqu'au dernier siècle qui s'était répandue jusqu'en Europe parmi les franges les plus pauvres et indigentes de la société.

La pellagre découle d'une alimentation pauvre en vitamine B : une carence qui donne lieu à de graves problèmes de la peau, à des difficultés d'assimilation de la nourriture et à la démence, jusqu'au décès du malade.

Le Programme alimentaire mondial (Pam) a à nouveau tiré le signal d'alarme sur la gravité de la sècheresse et de la famine au Kenya, notamment dans les zones rurales, mettant l'accent sur la dénutrition des enfants et la mort massive du bétail et réclamant de la communauté internationale des aides pour un montant de 160 millions d'euros pour alimenter 3,8 millions de Kenyans.