Savourer une dinde irradiée pour Noël ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/12/2010 à 21h24 par Jacques.


SAVOURER UNE DINDE IRRADIÉE POUR NOËL ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Comme chaque année, en période de fêtes, les centres d'irradiation français tournent à tout berzingue.

Crevettes et cuisses de grenouille congelées, abats de volailles, échalotes pour la vinaigrette des huîtres, blancs d'oeufs pour la bûche de Noël ou fruits déguisés, autant de produits passés aux rayons gamma ou dorés au cobalt 160. « Pasteurisés par irradiation », comme on dit dans le jargon.

On ne le sait pas assez, l'agroalimentaire a fait de l'irradiation un coup d'éponge magique pour éradiquer microbes et bactéries. Et prolonger, en prime, la durée de conservation.

L'année dernière, la France, troisième « ionisateur » de l'Union Européenne, a joyeusement irradié 1 198 tonnes d'aliments !

Normalement, pour ne pas manger ionisé, il suffit de repérer sur l'étiquette : « traité par ionisation » ou « par rayonnement ionisant ». Mais certains industriels oublient de mettre le coup de tampon.

Ces tricheurs ont peu de chances de se faire pincer : l'an dernier, les services des Fraudes se sont contentés d'analyser 156 produits, contre 4 000 en Allemagne.

Six avaient été irradiés en douce : des soupes et des sauces déshydratées à base de volaille, des nouilles instantanées au porc, des fruits de mer et des cuisses de grenouille congelées...

Il y a mieux : un produit qui n'a pas le droit d'être ionisé en France peut l'être chez nos voisins européens.

C'est le cas, pour la Belgique et le Royaume-Uni, des dindes, pintades, cailles, canards, pigeons, coquillages et poissons. A commencer par le saumon.

L'embêtant avec l'irradiation, c'est que ça vous débarrasse au passage d'une partie des vitamines.

Pour le reste, officiellement, il y a zéro risque pour le consommateur. Sauf qu'en 1995, l'OMS constatait dans un rapport que l'irradiation chamboule les molécules des aliments (comme le ferait un gros micro-ondes, en quelque sorte..).

En ionisant tous les produits qui font le plein de lipides, comme la dinde ou le saumon, on crée de nouvelles substances chimiques.

Des « radiolyses » dont on ne sait que pouic des effets sur notre santé.

Joyeuses fêtes (ir)radieuses !

Où se trouvent les installations d'irradiation françaises ?

6 installations sont exploitées par la société IONISOS :
- dans l'AIN, à Dagneux ( ZI Les Chartinières). Utilise une source radioactive de cobalt 60.

- En VENDEE, à Pouzauges (ZI de Montlifant) photo ci-dessous. Utilise une source de cobalt 60

1 installation est exploitée par la société ISOTRON à Marseille, dans les BOUCHES-DU-RHONE

Note de Jacques : Ce nom de la société IONOSOS nous rappelle-t-il pas ce fameux Dionysos, dieu du vin...qui rend fou ?

Pour en savoir plus sur la situation planétaire
.
.

Devenez lanceur d'alertes





Auteur : Rédaction inventerre.canalblog.com

Source : inventerre.canalblog.com