3PFMD : Pandémie de peur de la mort dans le monde - Changer ou disparaître (Vidéos et message audio)

Sauvons la forêt de l'Alto Purús au Pérou - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/02/2012 à 09h53 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Sauvons la forêt de l'Alto Purús au Pérou

 
Le Pérou se situe à la deuxième place en terme de surface de forêts tropicales en Amérique du Sud. La pression que connait l'Amazonie y est palpable : mines, exploration pétrolière et projets d'infrastructures constituent les plus grandes menaces pour ses écosystèmes sensibles.

Même les parcs protégés sont dans le viseur des intérêts économiques.

Ainsi une partie d'une route projetée devant relier le Brésil au Pérou, pour faciliter le transit de marchandises, traverserait le parc national de l'Alto Purús, un point chaud de biodiversité en grande partie intact au Pérou. Sur les 86 espèces de mammifères qu'on lui connait, 21 sont inscrites sur la liste rouge des espèces menacées.

De plus, le parc est habité par deux tribus indiennes isolées. Les groupes de protection de l'environnement et scientifiques du pays considèrent qu'une route au travers du parc national anéantirait sa diversité naturelle et culturelle.

Une route pour les intérêts économiques de quelques-uns

Il ne faut pas se tromper sur les richesses qui doivent être exploitées grâce à la nouvelle route. Ainsi, le rapport de projet explicite sans tabous :

« Avant toutes choses la forêt tropicale comme source de production de bois et la possibilité de l'élevage à grande échelle ».

Le but de la construction de la route est on ne peut plus clair : pouvoir développer économiquement les zones inaccessibles de l'Amazonie. Devant relier les villes péruviennes de Puerto Esperanza (Madre de Dios) et Iñapari (Ucayali), la nouvelle route fait partie d'un vaste projet d'infrastructures dans toute l'Amérique du Sud.

Ce dernier, nommé IIRSA, est un programme de mise en réseau des différents moyens de communications et de transport en Amérique latine visant à promouvoir les échanges commerciaux et faciliter l'exportation. La route problématique traversant le parc national de l'Alto Purús est un tronçon de l'axe interocéanique central (Bolivie, Brésil, Chili, Paraguay et Pérou) de l'IIRSA, destiné à relier le Brésil à la côte pacifique du Pérou sur long terme.

Un partisan local de cette route à travers l'Alto Purús est l'église catholique de Párroco car elle la voit comme source de « libération » pour les groupes indigènes volontairement isolés.
 


 

Alto Purús - Ressources naturelles au delà des frontières

Si la route venait à être construite, elle couperait en deux l'un des plus grands parcs naturels du Pérou. Une zone de 2,74 millions d'hectares est protégée légalement depuis 2004.

Lié à d'autres parcs naturels au Brésil et en Bolivie, l'Alto Purús fait partie d'un des plus grand réseaux d'aires naturelles protégées à travers l'Amazonie. De grandes zones du parc de l'Alto Purús sont uniquement accessibles par les airs, raison pour laquelle son écosystème à la très riche biodiversité est en grande partie intact.

Il abrite certaines espèces rares et menacées telles la loutre géante, le jaguar et l'atèle noir (ou singe araignée - Ateles paniscus). A ce jour, les chercheurs y ont découvert 86 espèces de mammifères et 510 d'oiseaux. Les scientifiques mettent en garde sur les conséquences de la construction d'une route à travers l'Alto Purús, car elle amènerait inévitablement coupes de bois illégales et braconnage sur une grande partie du parc.

Des études montrent que dans les faits une bande d'au moins 50 kilomètres de forêt est défrichée de chaque côté des routes en construction en Amazonie. Ce serait un développement catastrophique pour l'écosystème de l'Alto Purús.
 


 

Diversité culturelle dans le parc national de l'Alto Purús

La population de la province de Purús est composée à plus de 85 % d'indigènes autochtones vivant en tribus. Juni kuin, Sharanahua, Culina et autres tribus rejettent en majorité la construction d'une route sur leurs territoires.

Flora, de l'organisation faîtière FECONAPU explique : « Nous ne croyons pas aux promesses de progrès du gouvernement. La route apportera avec elle plus de pauvreté, plus de colons et la destruction de la nature ».

Deux tribus d'indigènes vivant en isolement volontaire, les Mashco Piros et Curanjeños, voient leur existence directement menacée.

Théoriquement, la population a la loi de son côté puisque qu'en septembre 2011 le gouvernement du Pérou a transposé au niveau national la « loi de consultation préalable » issue de la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail relative aux peuples indigènes et tribaux.

Ainsi, au Pérou tout projet économique doit recevoir le consentement des populations concernées. Ce qui n'est pas le cas. De plus, le parc national jouit de protections légales.

Flora continue : « Le germe du développement se trouve dans notre créativité, ce que nous construisons pour les générations futures et dans une approche responsable de la faune et de la flore, de la biodiversité. La forêt c'est la vie. »

Déclaration originale de la FECONAPU

Soutenez les organisations écologistes et indigènes péruviennes dans leur lutte pour la préservation du parc national de l'Alto Purús. Veuillez signer la pétition adressée au président du Pérou pour lui demander de respecter les lois nationales et internationales.

 

Un article de SauvonsLaForet

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : SauvonsLaForet

Source : www.sauvonslaforet.org

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.