Sarkozy et la carte Vitale biométrique : le fichage de trop ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/03/2012 à 22h55 par Mich.


SARKOZY ET LA CARTE VITALE BIOMÉTRIQUE : LE FICHAGE DE TROP ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sarkozy et la carte Vitale biométrique : le fichage de trop ?

 

Plus de 70 fichiers ont été créés depuis 2002. Et pourtant, le président-candidat plaide pour un nouveau dispositif avec une carte Vitale biométrique.

A peine le fichage de tous les Français définitivement adopté que le président-candidat en remet une couche. Jeudi, Nicolas Sarkozy a lancé sur RMC l'idée de "transformer la carte Vitale avec le système biométrique".

Une proposition présentée comme une lutte contre la fraude grâce aux données biométriques. Nicolas Sarkozy n'a pas encore précisé quelles données seraient enregistrées sur cette carte : empreintes digitales, iris, taille, poids,etc. L'assurance maladie estime que la fraude représente 1% des dépenses, soit environ 1,5 milliard d'euros.

Notre système social est le meilleur du monde et le plus généreux du monde, il nous impose de lutter contre la fraude et de demander un effort aux Français comme aux étrangers qui en bénéficient", renchérit Sarkozy.

"Un fichage supplémentaire dans cet Etat policier qui ne jure que par la biométrique", s'élève Jean-Claude Vitran de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), interrogé par "le Nouvel Obs". "Dans la France de Nicolas Sarkozy, le fichiers de police se multiplient pour des autorités qui connaissent tout de tout le monde."

Le fichage, une religion

Le président-candidat adore les fichiers. Depuis son arrivée au ministère de l'Intérieur en 2002, plus de 70 fichiers ont été créés ou officialisés, note le site Owni.fr, soit une augmentation de 169% ! Parallèlement, il a fait adopter 42 lois sécuritaires.

"[Nicolas] Sarkozy fait partie de ces gens dont le fichage est une religion", tacle le journaliste d'Owni Jean-Marc Manach, interrogé par "l'Obs"."Des personnes qui pensent qu'en multipliant les fichiers et les lois sécuritaires, les problèmes seront réglés. Pourtant, depuis 2002, les problèmes sont toujours là... Au final, la carte Vitale, ce n'est qu'un effet d'annonce."

Le projet d'une carte Vitale n'est pas nouveau. L'an dernier, l'UMP avait déjà proposé une carte sécurisée grâce à la biométrie. Idée rejetée par la mission d'évaluation des comptes de la sécurité sociale (Mecss) de l'Assemblée nationale, qui a préféré une carte "sécurisée" avec photo.

"Le danger, comme pour la carte d'identité électronique votée, est que cette carte soit adossée à un fichier centralisé au ministère de l'Intérieur qui ouvrirait la voie aux dérives", s'inquiète Jean-Claude Vitran. Il souligne également que "la biométrie n'est pas si 'sécurisée' : les fraudes aux passeports existent toujours".

 

 

"Une histoire de gros sous"

"Qui surveille les surveillants ?" (Anita Lasocka for www.no-cctv.org.uk, CC BY-NC 2.0 – sur Flickr)

Jean-Marc Manach pose la question de l'intérêt d'une telle carte Vitale : "la biométrie empêchera-t-elle la fraude ? Difficile à dire, puisque aucune étude indépendante ne l'affirme. C'est le même débat que pour la vidéosurveillance, qui est déployée depuis 20 ans sans que l'on sache les effets". Si les études manquent, pourquoi imposer la biométrie comme solution miracle ?

Pour des raisons économiques", avance le journaliste. "Il s'agit de défendre l'industrie française de la biométrie, faire de la France une vitrine. Au-delà du fichage, c'est une histoire de gros sous", estime-t-il.

Les entreprises françaises des données sécurisées, bien placées sur le marché mondial, sont dans les starting-blocks. Elles ont fait un important travail de lobbying dans le cadre de la préparation de la loi sur la carte d'identité biométrique, via le groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (Gixel).

La carte Vitale pourrait être le prochain enjeu, avant d'autres modernisation de cartes que prédit Jean-Claude Vitran : "Avec Sarkozy, on aura un permis de conduire biométrique, une carte électorale biométrique..."

Les médecins accepteront-ils ce nouveau contrôle ?

La mise en place d'une carte Vitale biométrique représenterait un coût "marginal [de] quelques dizaines de centimes", selon le député UMP Dominique Tian, rapporteur de la Mecss, pour un total par carte de 3 euros. En revanche, hôpitaux, cliniques, cabinets médicaux et pharmacies devront s'équiper d'un nouveau terminal de lecture de cartes coûtant "plusieurs centaines d'euros", selon l'élu.

Reste à savoir si le personnel médial sera prêt à contrôler l'identité des assurés socaux. "Je ne vois pas les professions de santé utiliser ce mode d'identification", estime le président du syndicat de médecins généralistes, Claude Leicher, interrogé par l'AFP.

"Pour que cela serve à quelque chose, il faudrait demander au médecin de vérifier l'identité du patient en contrôlant ses empreintes digitales. Il ne le fera jamais !", pointe le député socialiste Jean Mallot, co-président de la Mission de contrôle de la Sécurité sociale, dans "les Echos".

"Comment ferait une personne âgée qui demande à sa voisine d'aller lui chercher ses médicaments ?", interroge l'élu de l'Allier. De nombreuses de questions et peu de réponses pour le dernier fichage voulu par Nicolas Sarkozy.

 

Un article de Boris Manenti, publié par tempsreel.nouvelobs.com

 

Après la pub, malheureusement !

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Boris Manenti

Source : tempsreel.nouvelobs.com