SANTÉ – Après les organismes, le sang génétiquement modifié - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/11/2009 à 09h23 par Tanka.


SANTÉ – APRÈS LES ORGANISMES, LE SANG GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
SANTÉ – Après les organismes, le sang génétiquement modifié

Information recueillie par Tanka.

Des chercheurs marseillais ont réussi à modifier le type d'un groupe sanguin. Une première scientifique et un espoir pour les malades en attente de transfusion

Loin d'un quelconque film de science-fiction, des chercheurs, basés à Marseille, de l'Établissement français du sang, ont assuré l'exploit de transformer génétiquement un groupe sanguin.

Une prouesse scientifique (une première...) qui a ravivé l'espoir des malades en attente de transfusion. En effet, si quatre groupes sanguins sont bien connus (A, B, AB et O), il en existe une trentaine d'autres beaucoup plus rares et c'est pour eux que les chercheurs du laboratoire d'hématologie moléculaire de Marseille se mobilisent.

L'expérience s'est déroulée sur un groupe sanguin de type Kidd/Jk. Des cellules sanguines ont été prélevées sur le sang d'un cordon ombilical après une naissance et mises en culture. Des manipulations cellulaires, qui ont altéré leur patrimoine génétique, ont ensuite permis d'aboutir à un échantillon sanguin qui n'avait pas le même groupe que celui du départ. "On modifie un groupe sanguin pour, à terme, créer des échantillons de sang dont on ne dispose pas" a déclaré Claude Baguis, docteur à l'EFS.

Pas d'autre possibilité que le don du sang

Si cette expérience s'est révélée positive, la production d'un sang génétiquement modifié n'est pas encore à l'ordre du jour. Car si aujourd'hui l'équipe a été "capable de fabriquer du sang humain dont on a choisi le groupe sanguin", selon les termes de Philippe Di Méco, directeur scientifique de l'EFS, sauver des vies passe encore et toujours par le don du sang.

Car modifier des cellules sanguines pour donner un groupe sanguin déterminé ne suffira pas à combler les 9.500 dons nécessaires à la France chaque jour. "Il n'y a pas d'autres possibilités aujourd'hui, et pour longtemps, que le don du sang", a prévenu Claude Baguis. Car le scientifique l'admet : s'ils ont ouvert une porte, "cette porte donne dans un couloir avec d'autres portes."

par Marie Varnieu

Pour en savoir plus sur la situation planétaire