Sans les astéroïdes, les océans seraient salés comme la mer Morte - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/05/2013 à 15h44 par Fred.


SANS LES ASTÉROÏDES, LES OCÉANS SERAIENT SALÉS COMME LA MER MORTE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sans les astéroïdes, les océans seraient salés comme la mer Morte

 

En érodant l'atmosphère primitive de la Terre lors de sa formation par accrétion, les astéroïdes auraient fait chuter sa concentration en chlore. Cette diminution aurait empêché les océans de devenir aussi salés que la mer Morte.

L'humanité se prépare à exploiter les astéroïdes. Si l'on en croit Jean-Pierre Luminet, cette exploitation est inéluctable et certains suspectent que la survie de notre civilisation technologique, et surtout la poursuite de son développement, ne pourra pas se faire sans.

Ces vestiges de la formation du Système solaire joueraient alors, une fois de plus, un rôle clé dans l'évolution de la matière ayant mené du Big Bang au vivant.

Certes, les astéroïdes peuvent être destructeurs, comme nous le rappelle le destin des dinosaures. Mais si l'on en croit les travaux récemment publiés dans Earth and Planetary Science Letters par deux cosmochimistes américains, Zachary Sharp et David Draper, ils ont rendu possible l'apparition des formes de métazoaires dans les océans.

L'énigme du chlore manquant de la Terre

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Laurent Sacco, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Ralliez le Cercle des Anciens ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Découvrez nos posts qui font le buzz sur la Toile
Notre page officielle Facebook
Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 
Recommandez-le à vos amis

 





Auteur : Laurent Sacco

Source : www.futura-sciences.com