Sangliers morts : La piste des algues vertes quasi certaine - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/08/2011 à 17h24 par Mich.


SANGLIERS MORTS : LA PISTE DES ALGUES VERTES QUASI CERTAINE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Sangliers morts : La piste des algues vertes quasi certaine

 

Le mystère vient sans doute de prendre fin : la mort de 36 sangliers dans l'estuaire du Gouessant, à Morieux, est selon toute vraisemblance due à l'hydrogène sulfuré (H2S), ce gaz hautement toxique produit par les algues vertes en décomposition.

Ce matin, les services de l'État ont confirmé ce que plusieurs militants écologiques affirmaient depuis le 8 juillet dernier et la découverte des deux premiers cadavres. Au cours d'une conférence de presse, Philippe de Gestas-Lespéroux, le secrétaire général de la préfecture des Côtes-d'Armor a en effet déclaré que l'intoxication a l'hydrogène sulfuré était la cause « la plus probable » de la mort des animaux.

H2S dans les poumons du ragondin mort

Les raisons de cette sortie médiatique, un samedi matin, sont à chercher dans les résultats des dernières analyses parvenues à la préfecture des Côtes-d'Armor. « Pour ce qui concerne la recherche d'H2S dans le ragondin qui a été retrouvé dimanche dernier dans le lit du Gouessant, les nouvelles analyses font apparaître une présence, tout à fait clair, de ce gaz dans les poumons de l'animal.

Une nouvelle fois, nous trouvons cet hydrogène sulfuré dans les poumons d'un animal trouvé mort dans le lit du Gouessant », a d'abord indiqué Philippe de Gestas-Lespéroux.

Le haut fonctionnaire a ensuite informé que « les résultats concernant les recherches de produits toxiques dans les estomacs de sept sangliers ne font pas apparaître de résultats probants, puisque l'on ne trouve pas les molécules (anticoagulants, insecticide organophosphorés, carbonates, chloralose) qui auraient pu expliquer cette mortalité de sangliers ».

Seule certitude : la présence d'H2S

Et le secrétaire général de la préfecture de poursuivre : « La conclusion des résultats sur les prélèvements et les analyses sur les animaux ne font apparaître des résultats probants qu'en terme de présence d'H2S. Les seuls résultats significatifs portent sur ce gaz. C'est une certitude qui est donc maintenant renforcée en l'état de nos connaissances ».

Pour autant, pas question pour Philippe de Gestas-Lespéroux de dire que l'hydrogène sulfuré a tué les animaux. « Je pense qu'il faut laisser le soin aux nombreux spécialistes qui s'expriment de tirer les conclusions. Ce que je peux simplement dire c'est que l'on trouve du H2S dans les poumons des animaux qui ont été autopsiés ».

Par ailleurs, les résultats des analyses réalisées seront mis en ligne sur le site de la préfecture de région lundi. Six scientifiques menés par le chercheur Claude Lesné avaient demandé cette transparence. Ils ont déjà réagi aux premières informations divulguées.

"Au vu des données fragmentaires, fournies par la préfecture des Côtes d'Armor, l'hécatombe des sangliers sur les vases gorgées de sulfure d'hydrogène (H2S) de l'estuaire du Gouessant, semble bien due à une intoxication aiguë par le sulfure d'hydrogène (H2S)", assurent-ils dans un communiqué.

 

Un article de Julien Vaillant, publié par letelegramme.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Julien Vaillant

Source : www.letelegramme.com