Rifkin : «Le futur appartient à la production partagée» - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/02/2012 à 22h17 par Jacques.


RIFKIN : «LE FUTUR APPARTIENT À LA PRODUCTION PARTAGÉE»

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Rifkin : «Le futur appartient à la production partagée»

 
NTERVIEW - La France, contrairement de l'Allemagne, est en retard dans la transition vers la nouvelle ère économique de l'énergie décentralisée, estime l'économiste Jeremy Rifkin. Il conseille d'abandonner le nucléaire.

Le figaro.fr - Où en est l'Europe dans la transition vers ce que vous nommez la troisième révolution industrielle?

Jeremy Rifkin - L'Union européenne a pris une longueur d'avance sur les États-Unis -Obama n'a pas compris la logique qui soutend la troisième révolution industrielle. Le Vieux Continent, lui, a adopté dès 2008 un «paquet climat-énergie» à horizon 2020: 20% d'énergies renouvelables, hausse de 20% des économies d'énergie, réduire de 20% les émissions de CO2. L'Allemagne montre l'exemple.

Elle a converti, en cinq ans, un million de bâtiments à l'énergie positive. Cela représentent 10% du mix énergétique du pays. Ce faisant, l'Allemagne a créé 250.000 emplois. Autant que tous ceux engendrés par le reste de la production d'électricité. Et nous n'en sommes qu'au début: ce n'est qu'en 2030 que s'achèvera la construction des infrastructures de base.

Comment la France aborde-t-elle la troisième révolution industrielle?

La France est un pays centralisé. Cet atout du passé se retourne contre elle au moment d'aborder la troisième révolution industrielle: il lui faut passer au modèle collaboratif nécessaire pour réussir la transition. L'Allemagne est beaucoup mieux outillée: c'est un pays décentralisé, une fédération de régions.

Ce serait paradoxal que la France, qui a créé l'échelle pertinente pour la troisième révolution industrielle, à savoir l'Union européenne, échoue. Mais un basculement de la réflexion politique est nécessaire. Je vais notamment en discuter ces prochains jours avec la ministre de l'Environnement et des Transport, Nathalie Kosciusko-Morizet, et le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande.

Le nucléaire est-il selon vous une solution?

L'atome est une énergie centralisée par essence alors que le futur appartient à la production partagée («peer to peer»). Aujourd'hui, 400 centrales nucléaires produisent 6% de l'énergie produite dans le monde. Pour passer à 20% en l'espace de vingt ans, il faudrait construire trois centrales par semaines d'ici à 2031! C'est impossible.

Le groupe allemand Siemens a d'ailleurs abandonné le secteur. C'est aussi un mauvais choix pour la France, car vous n'avez pas suffisamment d'eau pour refroidir les centrales: il faudrait 40 à 50% des ressources hydrauliques du pays pour refroidir les réacteurs. Sans compter que les périodes de sécheresse -comme en 2003- mettent ce système sous pression.

.../...

Un économiste influent

Auteur de nombreux best-sellers des rayons économiques, Jeremy Rifkin s'est fait connaître par son ouvrage «La Fin du travail», paru en 1995. Professeur à la Wharton School (Pennsylvanie), il compte parmi les personnalités influentes de la sphère économique. Il conseille l'Union européenne et a créé la Fondation sur les tendances économiques pour transmettre ses idées et les mettre en pratique. Il conseille la ville américaine de San Antonio, la principauté de Monaco ou encore Rome.

(...)

 

Pour lire l'article en entier, cliquer ICI

 

Un article de Perrine Créquy et Guillaume Guichard, publié par Le Figaro

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Perrine Créquy, Guillaume Guichard

Source : www.lefigaro.fr