Réponse aux engrais chimiques : A Saint-Julien, on cultive au rythme de la Lune et des astres - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/08/2009 à 08h34 par Isabelle.


RÉPONSE AUX ENGRAIS CHIMIQUES : A SAINT-JULIEN, ON CULTIVE AU RYTHME DE LA LUNE ET DES ASTRES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Réponse aux engrais chimiques : A Saint-Julien, on cultive au rythme de la Lune et des astres

Information sélectionnée par Isabelle

Farfelue pour certains, l'agriculture biodynamique, basée sur le calendrier du ciel, est pratiquée depuis vingt ans par Stéphanie Minder et Ernest Aeschlimann.

Sur leur exploitation, entre Azille et Homps, ils produisent notamment du vin, le Zaparel, issu de cépages rares.

Ce sont des fous. Ils ne tiendront pas deux ans !" Il y a vingt ans, lorsque Stéphanie Minder et Ernest Aeschlimann se sont lancés dans l'agriculture biodynamique, à Paraza, leurs voisins ne donnaient pas cher de leur projet.

"Mais on est toujours là", constate non sans délectation le propriétaire du domaine Saint-Julien.

Sept ans après son arrivée dans l'Aude, ce couple, originaire de Suisse, a trouvé son petit paradis sur la commune d'Azille : une vieille bâtisse isolée avec une cave semi-enterrée, entourée de quelques hectares. [...]

Le fumier : un "trésor"

Le couple dispose aussi d'un jardin, de plusieurs ruches, d'un verger, de quelques arpents de blé, "une variété ancienne", précise Stéphanie, et d'un champ de luzerne semée il y a huit ans alors qu'en principe, cette plante fourragère ne tient que "trois ans", assure son compagnon.

Derrière la grande bâtisse, à l'ombre des pins, se cache "le trésor" de la ferme biodynamique : du fumier en cours de compostage.

"Ça, c'est la vie", commente le maître des lieux, en humant cet engrais naturel.

Bichonnée, cette potion magique fait l'objet d'enrichissement régulier à base de décoctions de plantes avant d'amender les terres de l'exploitation.

Cette fertilisation n'aura pas lieu n'importe quand.

Pour une efficacité maximale, les cultivateurs suivent à la lettre le calendrier des semis, la bible de l'agriculture biodynamique élaborée en fonction des mouvements de la Lune et des astres.

Pour les non initiés, un tel usage paraît farfelu.... Mais la longévité de l'exploitation peut prouver le contraire.

Certains grands domaines viennent d'ailleurs discrètement prendre conseil sur les vignes du Zaparel... L. C.

Le domaine Saint-Julien organise un spectacle, le 14 août, avec Zoltan le troubadour. Des assiettes et du vin bio seront proposés au public. A partir de 18 h. Participation libre pour le spectacle.

Domaine Saint-Julien, à Azille, sur la route de Homps.
www.lezaparel.com En bref...

Depuis 1924 Les bases de l'agriculture biodynamique ont été posées en 1924 par le philosophe autrichien Rudolf Steiner alors qu'un certain nombre d'agriculteurs étaient très préoccupés par la dégénérescence de certaines plantes.

L'agriculture industrielle était alors mise en cause, en particulier l'utilisation d'engrais chimiques et de produits phytosanitaires.

Au rythme de la nature La biodynamie, comme l'agriculture biologique, ont pour but d'obtenir des plantes "saines" avec un rendement optimum, en évitant l'épuisement des sols.

L'agriculture biodynamique utilise des "préparations" à doses homéopathiques à base de plantes ou minéraux pour préparer le sol ou le compost.

Les adeptes de ce type d'agriculture accordent une grande importance au rythme de la nature, en suivant les phases de la Lune et des planètes.

Un label Les producteurs biodynamiques disposent du label Demeter .

Dans l'Aude, selon Georges Donskoff, président de l'association biodynamie en pays d'Oc, seul le domaine de Saint-Julien est certifié en biodynamie.

"Nous avons quelques dossiers de reconversion notamment dans la viticulture. Certains sont déjà en agriculture biologique», explique Georges Donskoff, tout en regrettant le faible nombre de producteurs par rapport aux consommateurs potentiels.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.