RÉGIONALES. Les anti-OGM réclament l'étiquetage et interpellent les candidats aux régionales - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/02/2010 à 15h02 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
RÉGIONALES. Les anti-OGM réclament l'étiquetage et interpellent les candidats aux régionales

Haro sur les OGM

Après la décision du Conseil d'État en faveur du Conseil général du Gers dans son combat contre les cultures OGM en plein champ, le collectif anti-OGM aurait légitimement pu se reposer sur les lauriers de la traçabilité.

C'est mal connaître les anti-OGM gersois, leur détermination sans faille depuis dix ans et le devoir qu'ils se font d'être en première ligne d'une lutte dont ils estiment incarner la quintessence, en vertu du département éminemment agricole qu'ils défendent.

Dans la guerre contre les OGM, le collectif gersois s'est donc trouvé une nouvelle bataille à mener.

Et ce sont les prochaines élections régionales qui lui ont inspiré les armes à fourbir...

Avec ses compagnons de la Confédération paysanne, d'Attac, d'UFC-Que choisir et de l'union syndicale Sud Solidaire, Christian Ponticelli a décidé de poser deux questions aux candidat(e)s aux élections régionales et surtout, de publier leurs réponses ou leurs silences, avant le 8 mars prochain.

Sommés de se prononcer

« Nous voulons que dans une région, membre du réseau européen des régions libres d'OGM, les aides des collectivités destinées aux exploitants agricoles et aux entreprises agroalimentaires soient accordées uniquement à ceux qui s'engagent à ne pas produire, ni utiliser des OGM, insiste le président du Groupement des agriculteurs biologistes et biodynamistes du Gers (Gabb 32).

Nous allons donc demander à chaque candidat s'il accordera des subventions aux agriculteurs, transformateurs et distributeurs qui produisent ou utilisent des OGM, sans l'engagement de ceux-ci de ne pas produire d'OGM ou de ne plus utiliser d'OGM dans un délai précis et raisonnable ne pouvant excéder trois ans. »

Quant à la deuxième question, le collectif anti-OGM du Gers compte bien qu'elle fasse tache d'huile dans les 99 autres départements français.

Déterminés à obtenir l'étiquetage obligatoire des produits issus d'animaux ayant consommé des OGM, les anti vont interpeller les têtes de liste gersoises sur leur intention d'appuyer farouchement la mise en place d'un « identifiant régional » permettant au consommateur de choisir une alimentation sans OGM.

Abrités derrière le catalogue édité par Greenpeace (non contesté à ce jour, NDLR), Christian Ponticelli et ses acolytes bio ont choisi de montrer toute l'urgence de l'étiquetage en stigmatisant deux produits emblématiques, gavés d'OGM, alors qu'ils surfent allègrement sur le double argument santé et équilibre.

Les flacons d'Actimel, cette boisson lactée qui promet de « bien passer l'hiver » à ceux qui l'ingurgitent, et les petits plats pour bébé Blédichef qui prétendent « être du côté des mamans », représentent tout ce que le collectif gersois veut désormais empêcher.

« On doit pouvoir avoir le choix quand on va faire nos courses au supermarché.

On ne veut pas interdire les OGM, seulement que les gens soient informés instantanément lorsqu'ils attrapent un produit dans un rayon » argumente Christian Ponticelli.

Depuis le 19 mai, Loué accompagne ses poulets de l'étiquette « Non OGM ».

Le collectif gersois rêve que quelques filières locales puissent bientôt en faire autant.

Source : blandine philippon - Sud Ouest.com

Info recueillie par Michel95 qui réclame le départ de Barroso

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr