Refuge SPA de Gennevilliers : chronique de la souffrance animale et de la haine ordinaire - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/04/2010 à 00h10 par Phil.


REFUGE SPA DE GENNEVILLIERS : CHRONIQUE DE LA SOUFFRANCE ANIMALE ET DE LA HAINE ORDINAIRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Refuge SPA de Gennevilliers : chronique de la souffrance animale et de la haine ordinaire

Dès le quai du RER vous les entendez.

Si vous venez là pour remettre un petit maltraité à l'abandon ou pour faire du bénévolat, un premier geste de valse-hésitation vous envahit.

Ils braillent tout ce qu'ils savent et vous appellent à l'aide...

Arpenter les allées du refuge vétuste de Gennevilliers, pour toute personne normalement constituée d'intelligence et de sensibilité, c'est recevoir une onde de choc émotionnel et l'aggression auditive de 250 à 300 chiens en détresse.

L'ouie ultra-fine de nos pauvres poilus est martyrisée en permanence par 95 décibels , qui interdisent la moindre conversation au milieu des travées de boxes.

Sans oublier la soixantaine de chats que vous n'entendrez guère, dans leur soi-disant "chatterie'. Beaucoup d'entre eux sont à la torture, bouclés durant des mois -jusqu'à un an et plus !- dans leurs horribles "modules" bleus de 80 cm2.

Côté minous,seuls quelques faibles gémissements vous griffent le coeur...

Bâti en 1903 sur la fragilité d'une carrière et séparé du parc municipal voisin par une route à double sens très dangereuse, la topographie même du refuge oppose son hostilité.

Sans compter la mitoyenneté avec la sinistre fourrière "SACPA", qui chaque semaine dégueule ses camions remplis de cadavres bons pour l'équarissage.

C'est à dire pour la "récupération" de restes d'animaux. Il n'y a pas de petits profits dans l'horreur infligée à nos amis les bêtes.

Un sujet explosif en soi, qui attend toujours ses enquêteurs... de choc.

Une vitrine si opaque...

Voilà des lustres que "Gennevilliers" repose sur une montagne de bluff, de paradoxes, de malentendus, de beaux discours (cf Michel Barnier en avril 2008), de gouffres financiers et de formules creuses relayées par des people de troisième catégorie (Raphaëlle Ricci, Sophie Tapie fille de notre Nanard national...) ou médias divers, pour mieux cacher ... des réalités sordides.

Certes les abandonneurs -à quelques exceptions douloureuses près- n'ont pas d'états d'âme.

Mais ici, la majorité des salariés n'ont guère plus de compassion et vivent leur travail comme une corvée, ainsi que nous le verrons.

Résultat : double peine pour nos petits abandonnés/maltraités, jetés en cage avec leur minimum croquettes, mais sans le minimum d'amour, de caresses, de paroles, de jeu ou de promenades indispensables à leur équilibre et donc à leur socialisation et leur adoptabilité.

Il n'y a là aucune sensiblerie, mais un constat d'incompétence dramatique et sans appel, ainsi que nous le démontreront les nombreux exemples ci-dessous.

Le "plus grand refuge d'Europe" ou la "vitrine de la SPA" et point de ralliement des caméras, se vantait un peu sottement l'inoxydable "secrétaire de direction" qui nous accueillait en tant que bénévole, en janvier 2008.

Tandis que vidéos ou présentations d'animaux SPA sur le Net nous montrent "Butch en ballade", ou tel parcours d'agility, ou "Atos" caracolant gaiement dans une courette et que les animaux "à vendre" sont qualifiés de "gentille louloutte" ou "adorable compagnon" quand ce n'est pas un "chien de famille idéal" et ainsi de suite...

Nous venons d'apprendre que ces vidéos et activités d' "Agility" furent le produit très louable d'initiatives de bénévoles sincèrement engagés.

Ce ne sont hélas, que d'heureuses parenthèses ponctuelles, que les salariés sont loin d'encourager... préférant sans doute continuer à faire partager leurs frustrations personnelles... à nos pauvres toutous en mal de jeu et de joie de vivre !

.../...

Source : europeanimalprotection.blogspot.com

Information sélectionnée par Phil'

Pour en savoir plus sur la situation planétaire