Nature & Homme - La détresse de Nicolas Hulot: ENSEMBLE, on changerait le monde (flash vidéo d'1 mn)

Récifs artificiels à Marseille : biodiversité renforcée - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/02/2012 à 19h09 par pam.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Récifs artificiels à Marseille : biodiversité renforcée

 

Titre initial :
Au large de Marseille, des récifs artificiels ont permis un renforcement de la biodiversité

 

L'opération menée depuis 2008 par la municipalité de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour restaurer ses récifs a été un succès.

Plus de 30 000 mètres cubes de récifs artificiels avaient été installés à 30 mètres de fond au large de la plage du Prado, et en l'espace de 4 ans, la biodiversité a augmenté de 30%.

S'inspirant d'une entreprise similaire conduite au Japon, le projet de réhabilitation de la faune et de la flore marine au large de Marseille est le plus important mené en Europe.

En tout, ce sont 200 hectares d'habitats artificiels qui ont été créés entre les îles du Frioul et la baie du Prado.

Une opération de grande ampleur dont le coût a été évalué à 8 millions d'euros, dont 2 millions pour le « suivi » des récifs.

Un investissement conséquent et motivé entre autres par l'exemple du Parc marin voisin de la Côte Bleue, où la biomasse est passée de 5,4 à 148,5 kilogrammes entre 1995 et 2001 après les immersions, soit une multiplication par près de 30.

Conseiller municipal délégué au Nautisme, aux Plages et au Parc national des Calanques, Didier Réault a précisé lors d'une conférence de presse qu'« il y a 30 ans, quand les plages du Prado ont été créées, on a fait fi de l'environnement et le littoral a été remblayé ».

« Pour redynamiser les fonds marins, également usés par le nautisme et la pêche, on a disposé des récifs artificiels sur la plaine sablonneuse du large », a-t-il expliqué, cité par nos confrères de l'AFP.

 

 

« L‘idée est d‘immerger volontairement, sur des fonds a priori pauvres, le plus souvent plats et meubles, des habitats écologiques sous-marins les plus variés possible, tant dans leurs matériaux de construction que leurs formes, volumes et répartition », résume la municipalité sur son site Internet.

Pour ce faire, les récifs sont fabriqués à partir de béton, d'acier ou de cordages synthétiques.

Des habitats de toutes tailles, allant de quelques millimètres à plusieurs décimètres, ont été installés.

Ainsi, chaque espèce a pu trouver une place où vivre et se nourrir.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Zegreenweb

D'autres articles passionnants sur zegreenweb

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Marguerite Nebelsztein

Source : www.zegreenweb.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter pam
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.