Recherche sans expérimentation animale ? Yes, we can ! - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/03/2012 à 08h20 par Tanka.


RECHERCHE SANS EXPÉRIMENTATION ANIMALE ? YES, WE CAN !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Recherche sans expérimentation animale ? Yes, we can !

 
Le Comité scientifique de Pro Animais a mis au point un programme scientifique dont l'objectif est de remplacer l'utilisation d'animaux en toxicologie tout en apportant une plus grande fiabilité des résultats. Une chronique de Franck Laval et d'Arnaud Gavard de Pro Anima.

[Chronique] Bisphénol A, phtalates, toxine botulique (Botox), toutes ces substances chimiques comme bien d'autres peuvent désormais être mieux évaluées. C'est ce que démontre le Comité scientifique de Pro Anima partenaire de la Start up Novaleads. Ensemble, ils ont mis au point un programme scientifique tout à fait novateur avec l'objectif de remplacer l'utilisation d'animaux en toxicologie tout en apportant une plus grande fiabilité des résultats.

L'expertise du Professeur Jean-François Narbonne, toxicologue à l'Université de Bordeaux II et les recherches de Novaleads ont permis d'assurer au programme nommé VALITOX-EVATOX, une prédicitivité de 82% contre à peine 62% sur les rongeurs. Les résultats ont été publiés dans une revue scientifique à comité de lecture ALTEX (Alternative to Animal Expérimentation, une référence en la matière) en Mars 2009. Non seulement des vies animales pourront être épargnées mais l'évaluation des substances chimiques qui nous environnent sera plus fiable !
S'enthousiasme Christiane Laupie-Koechlin, fondatrice de Pro Anima et initiatrice du projet.

Ce procédé, permettant de déceler l'éventuelle toxicité aiguë d'une substance en utilisant la technique de la fluorescence, est actuellement en cours de validation à l'ECVAM, l'Institut de contrôle en charge des validations au niveau européen. Le programme sera ensuite proposé dans le cadre de la directive REACH (ambitieux projet européen qui demande aux industriels de tester quelques 145 000 substances chimiques déjà présentes dans nos produits de consommation courante).

Les tests sur les animaux un modèle biologique pas fiable

Pro Anima s'active depuis des années à démontrer que les animaux ne peuvent pas être un modèle biologique fiable pour l'expérimentation, rendant ainsi les résultats des recherches peu extrapolables à l'homme. De plus, de nombreux scientifiques remettent ce dogme du " modèle animal " en question, dans les pays Anglo-Saxons notamment.

Ainsi, aux Etats-Unis, l'Agence Reuters, dans un communiqué du 14 février 2008 indique que: les laboratoires d'Etat vont passer aux méthodes de tests sans animaux telles que les tests cellulaires et les banques de données pour tester l'innocuité des produits chimiques, les médicaments et les toxiques. Le National Institute of Health et l'Environmental Protection Agency (EPA) déclarent: Ces méthodes sont plus rapides, plus précises et beaucoup moins onéreuses.
 

 
La recherche pourra t-elle un jour se passer de l'utilisation d'animaux? Le débat, récurrent en Europe, est toujours d'actualité, malgré un manque évident de volonté politique, de la France en particulier! Toujours est-il que des progrès scientifiques fulgurants permettent d'envisager sérieusement une science plus éthique: modélisation de micro organes à base de tissus humains, création de bases de données ultra sophistiquées permettant de reproduire avec une plus grande exactitude des réactions chimiques, logiciels permettant de tester des substances directement à partir d'une simple prise de sang sur le patient, les progrès de la biologie moléculaire, cellulaire, génomique, bio marqueurs...

Autant de recherches qui contribuent à une science moderne au service de l'Homme, de la nature et de l'environnement. Car c'est bien de cela dont il s'agit déclare Pro Anima: Faire la promotion d'une expérimentation scientifique n'utilisant pas de cobayes animaux, c'est aussi restaurer les liens qui unissent l'Homme, l'animal et l'environnement... car hormis les cobayes animaux, les humains font souvent les frais de ces substances chimiques.A insi, dans ce cas, ce qui sauve l'animal améliore la recherche au service de l'Homme.

Egalement au niveau associatif, de grands organismes de protection de la nature et de l'environnement ont participé financièrement au programme VALITOX/EVATOX (SPA, Fondation 30 millions d'Amis, SNDA, Fondation Bardot, Association Bourdon). Un espoir pour tous dès maintenant.
 

Un article de Shannon Stapleton, publié par L'express
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Shannon Stapleton

Source : www.lexpress.fr