Réchauffement climatique : la fonte du permafrost, un péril mal connu - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/12/2011 à 21h30 par Fred.


RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : LA FONTE DU PERMAFROST, UN PÉRIL MAL CONNU

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Réchauffement climatique : la fonte du permafrost, un péril mal connu

 

Evoquée à de nombreuses reprises dans ces colonnes, la fonte du permafrost ou pergélisol est une véritable catastrophe environnementale.

Due au réchauffement climatique, elle est promise à exacerber le phénomène et donc à instiller un cercle vicieux, le sol gelé en permanence renfermant des quantités astronomiques de méthane (CH4), un gaz à l'effet de serre vingt-trois fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2), lui aussi présent en abondance dans le permafrost.

N'en déplaise aux climatosceptiques, de nombreuses études attribuent l'essentiel de la hausse du thermomètre mondial aux activités humaines, qui seraient donc les principales responsables de la fonte du sol gelé en permanence mais également de la banquise, lesquelles sont une véritable tragédie pour de nombreuses espèces, les ours polaires en particulier.

Si les gaz précités devaient s'échapper massivement dans l'atmosphère, hypothèse hélas très réaliste, élaborer un accord international contraignant en matière d'émissions de gaz à effet de serre (GES) ne reviendrait-il pas à poser du plâtre sur une jambe de bois ?

Sans pour autant verser dans le catastrophisme, il y a tout de même de quoi être très inquiet dans la mesure où le pergélisol, qui représente un quart de la superficie de l'hémisphère Nord, contient deux fois plus de carbone que toute l'atmosphère !

« C'est comme le brocoli dans votre congélateur. Aussi longtemps qu'il y reste, tout va bien mais à partir du moment où il est sorti et est placé dans le réfrigérateur, il se dégèle et finit par se décomposer », décrypte Kevin Schaefer, chercheur au National Snow and Ice Data Center de Boulder (Etats-Unis), cité par nos confrères du New York Times.

La communauté scientifique dans son ensemble a fait de la compréhension du problème de l'effritement du permafrost, qui suscite aujourd'hui plus de questions que de réponses, un enjeu majeur.

Le Département américain de l'Energie a commencé à lui prêter cas et la NASA envisage de faire de même mais les financements seraient encore très insuffisants aux dires des experts. L'opinion publique paraît en outre ne pas mesurer la gravité de la situation.

La recrudescence des feux de forêts dans l'hémisphère nord n'augurerait rien de bon elle non plus dans la mesure où des recherches récentes ont établi une corrélation entre ces incendies et un dégel plus rapide du pergélisol.

Ce phénomène à même de déclencher une nouvelle guerre froide – d'aucuns évoqueraient plutôt une « guerre du froid » – pourrait se traduire par des bouleversements majeurs sur les plans écologique et infrastructurel. Lignes de chemin de fer, routes, gazoducs et autres oléoducs pourraient en effet lui payer un lourd tribut.

Même si le permafrost abrite d'importants gisements de pétrole, de gaz et de charbon, notamment en Russie, l'humanité ne gagnera certainement pas au change si elle ne se donne pas les moyens de le contenir.
 

Un article de Guillaume Duhamel, publié par zegreenweb.com

 
Afficher la Source
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Guillaume Duhamel

Source : www.zegreenweb.com