Réchauffement climatique et répartition des espèces - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/10/2010 à 00h50 par Tanka.


RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET RÉPARTITION DES ESPÈCES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Réchauffement climatique et répartition des espèces

Réchauffement climatique et répartition des espèces : les cas des îles Canaries et du Texas

Le réchauffement climatique impacte les espèces et leurs écosystèmes. En particulier, il a de multiples effets sur les oiseaux : modification du début de leur période de reproduction, perturbation de leurs dates de départ en migration ou changement de leurs aires de répartition. Les limites septentrionales de distribution de plusieurs espèces se déplacent vers le Nord ou en altitude.

C'est particulièrement visible dans certaines régions, comme les îles Canaries ou le sud du Texas.

Cet article est basé sur une étude de Juan José Ramos (créateur de Birding Canarias) réalisée pour l'Agencia Canaria de Desarrollo Sostenible y Cambio Climático et sur une synthèse de John H. Rappole, Gene W. Blacklock et Jim Norwine intitulée "Apparent Rapid Range Change in South Texas Birds: Response to Climate Change?".

Les effets du réchauffement climatique sur l'avifaune des îles Canaries

Introduction

Il existe de plus en plus de preuves scientifiques que le réchauffement climatique a des effets profonds sur les oiseaux et leurs écosystèmes.

Il pourrait notamment avoir un effet sur leurs aires de répartition géographique; en effet, les distributions de nombreuses espèces animales et végétales se déplacent vers les pôles et vers des altitudes plus élevées.

Par exemple, la limite septentrionale des aires de répartition de nombreux oiseaux nicheurs britanniques était, en moyenne, située 24 km plus au nord sur la période 1988 - 1991 par rapport à la période 1968 - 1972, un résultat trouvé en comparant les atlas des oiseaux nicheurs.

En Amérique du Nord, la limite septentrionale des aires de plusieurs espèces méridionales s'est égaiement déplacée vers le Nord, à une vitesse moyenne de 2,35 km/an.

Les oiseaux hivernent aussi de plus en plus vers le Nord. Une étude récente menée par l'Audubon Society montre que pratiquement 60% des 305 espèces qui passent l'hiver en Amérique du Nord ont une aire d'hivernage de plus en plus septentrionale: en moyenne, elle s'est déplacée de 56 km vers le Nord (lire notre article Les oiseaux hivernent de plus en plus vers le Nord).

Une analyse de données collectées pendant 25 ans a montré que l'aire de distribution post-nuptiale du Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus) s'était rapidement déplacée vers le Nord au cours de la dernière décennie à cause d'une augmentation de la température du nord-est de l'Atlantique ayant provoqué des perturbations dans la chaîne trophique, du phytoplancton aux prédateurs (dont les oiseaux marins).

Une étude précédente avait montré que les concentrations post-nuptiales de Puffins des Baléares avaient nettement diminué le long des côtes françaises du Golfe de Gascogne entre 1982-1984 et 1990-2000.

L'archipel des Canaries est un groupe d'îles volcaniques situées dans l'Océan Atlantique, à environ 115 km de la côte nord-ouest de l'Afrique.

Il peut être divisé écologiquement en deux groupes, les îles de l'ouest (La Palma, Hierro, La Gomera, Tenerife et Gran Canaria), plus jeunes, plus accidentées et plus humides, et celles de l'Est (Fuerteventura, Lanzarote), plus arides.

L'avifaune comprend des endémiques comme le Pigeon de Bolle (Columba bollii), le Pigeon des lauriers (Columba junoniae), le Pinson bleu (Fringilla teydea), la Mésange de Tenerife (Parus teneriffae) (lire Distinction d'une nouvelle espèce de mésange dans les îles Canaries), le Roitelet de Tenerife (Regulus teneriffae), le Tarier des Canaries (Saxicola dacotiae), le Pipit de Berthelot (Anthus berthelotii), le Martinet unicolore (Apus unicolor) ou le Serin des Canaries (Serinus canaria).

On y trouve également des sous-espèces endémiques, comme celle du Faucon crécerelle, du Percnoptère d'Egypte, de la Bergeronnette grise, du Hibou moyen-duc, du Pinson des arbres (trois), du Pouillot véloce, du Pic épeiche (deux) ...

Du fait de leur proximité avec l'Afrique du Nord, les îles orientales accueillent des espèces désertiques nicheuses, comme le Faucon de Barbarie (Falco peregrinoides), le Courvite isabelle (Cursorius cursor), le Roselin githagine (Bucanetes githagineus), le Ganga unibande (Pterocles orientalis) et l'Outarde houbara (Chlamydotys undulata fuerteventurae).

Du fait de la faible distance qui sépare les îles Canaries et l'Afrique, des oiseaux africains accidentels sont découverts chaque année dans l'archipel.

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur « Source ».

Etat de santé réel de la planète





Source : www.ornithomedia.com