Le youtubeur Denis Robert publie son 1er édito de l'ère postcorona: se réveiller dans un autre monde

Raves-party : c'est maintenant au tour de MARMOTEK de voir son matériel saisi en Bretagne par l'Etat - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/10/2014 à 15h10 par colibrix.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Raves-party : c'est maintenant au tour de MARMOTEK de voir son matériel saisi en Bretagne par l'Etat

 

Lors d'une rave-party qui s'est déroulée le week-end des 16 et 17 août derniers à Plélauff, réunissant environ 800 personnes, le matériel de son a été saisi par les gendarmes.

 

Note de TS :
Notre ONG porte plainte devant l'ONU contre l'Etat français pour atteinte aux Droits de l'Homme -Article 3, 13-1, 20-1 entre autres- de la Déclaration solennelle des Droits de l'Homme. Voir dans notre dossier Techno N°2 - Fête de même via ce formulaire

 

Parallèlement SOS-planete demande publiquement
à l'Etat français de restituer immédiatement l'ensemble du
matériel saisi durant cet été aux organisateurs de Festivals

 

Reproduction libre de droits. Merci d'en citer la source

 

ATTENTION : la vidéo ci-dessous, dénichée par Lola,
est choquante et indigne d'un Gouvernement dit "démocratique"

 

 

Le week-end des 16 et 17 août, une rave party réunissait environ 800 personnes dans un champ de Plélauff, en Bretagne. La fête techno était organisée par le Sound-System Marmotek, collectif composé d'une dizaine de personnes essentiellement des Côtes-d'Armor. Elle s'est terminée lundi en fin de matinée par la saisie de l'intégralité du matériel de sonorisation (câbles, amplificateurs, traitement de son, caissons...)

 

Deux Dossiers complets de SOS-planete :

La honteuse rentrée 2014 : Valls, FN ou Techno ? Ce week à Fréjus, le méga Festival jeune de l'été

NDDL et partout cet été, la censure du Web par l'Etat français n'étouffera jamais le cri des foules

 

MARMOTEK : Afin de clarifier les choses, car nous entendons un peu tout et n'importe quoi suite à notre saisie. Voici le communiqué, transmis hier 28 août, à la presse par le Collectif Marmotek Sound-System... ICI : leur page facebook

 

 

Bonjour,

Ceci est un témoignage à l'attention des journalistes soucieux de véhiculer la réalité qui est la nôtre. Il a pour but de faire réagir sur la répression que nous, défenseurs de fêtes libres, subissons au quotidien.

Tout d'abord, qui sommes-nous? Nous sommes des collectifs et associations qui organisent des soirées au cours desquelles est diffusée de la musique électronique, soirées plus communément appelées "Rave Party".

Nous nous permettons de vous écrire pour évoquer les événements qui se sont déroulés suite à la soirée du 16 Août 2014 organisée par le collectif "Marmotek" qui s'est terminée par la saisie de l'intégralité de leur matériel de sonorisation (câbles, amplificateurs, traitement de son, caissons...), dans une atmosphère où l'honnêteté et le pacifisme n'étaient visiblement pas de rigueur...

Pour rappel des faits... Cette soirée a été organisée sur un terrain avec autorisation fourni par une connaissance du collectif Marmotek. Sur place, des règles de sécurité sont mises en place, à savoir un axe rouge avec une entrée séparée de l'entrée principale et un parking aménagé de façon à faciliter une éventuelle intervention des secours.

 

 

A disposition du public, il y a une cuve d'eau potable en libre-service, une tente avec des lits de camp séparée du mur d'enceintes, des toilettes, deux personnes du collectif ayant une formation de secourisme, une trousse de soins de première nécessité et un téléphone en cas d'urgence. Il est important de souligner qu'au cours du weekend aucune intervention, aucune blessure même bénigne n'a été à déplorer hormis celles causées par les forces de l'ordre le lundi matin.

Dimanche aux alentours de midi, apprenant que les gendarmes sont sur le site, un organisateur se présente spontanément à eux afin de faire le point sur la situation, ils décident ensemble d'une heure de fin, le tout dans une certaine décontraction et un respect mutuel, discussion qui se finalise par une poignée de main. Les organisateurs nous confient avoir reçu la visite du maire de Plélauff accompagné d'un de ses adjoints. Agréablement surpris de la qualité de l'organisation, de la propreté et de la bonne ambiance qui règnent sur le site, ceux-ci envisage même l'organisation d'une soirée électronique sur la commune.

En début de soirée, les gendarmes reviennent vers les organisateurs pour les informer de leur départ et du fait qu'il n'y aura aucune suite.

 

 

Le lundi matin, à la stupéfaction des six derniers organisateurs encore présents sur place, une trentaine de gendarmes équipés de gilets pare-balles, tasers et bombe lacrymogène interviennent sur le site et les informent de la saisie imminente de leur matériel, ordonnée par le procureur de la république.

Surpris par une telle décision, trois d'entre eux expriment de façon pacifique leur mécontentement, en se postant devant l'entrée du camion qui contient le matériel. Ils sont plaqués au sol avec une violence disproportionnée, menottés avant d'être emmenés au poste.

Les gendarmes procèdent ensuite à la saisie, laissant sans voix les personnes présentes sur place, choquées par ce qui venait de se passer.

Tous les week-ends des saisies comme celle des Marmotek ont lieu partout en France. A l'heure où la musique électronique se démocratise, que des discussions sont engagées avec l'état, l'incompréhension se fait ressentir dans notre camp, tant la différence est grande entre les mesures annoncées par l'état et la réalité sur le terrain. Nous habitons dans une région, la Bretagne, au sein de laquelle la culture musicale occupe une place importante.

Le mouvement techno se veut alternatif mais avant tout culturel, alors pourquoi ne sommes-nous pas logés à la même enseigne que les autres courants musicaux ? Pourquoi nous heurtons nous systématiquement à des refus lorsque nous sollicitons la préfecture pour organiser nos soirées ?

 

 

Nous n'avons de cesse de multiplier les démarches et de calquer notre organisation sur celle des professionnels. Cependant il est à l'heure actuelle impossible d'envisager toute forme de collaboration avec les autorités compétentes. Nous restons à ce jour affiliés au ministère de l'intérieur, qui n'a aucunement pour vocation de promouvoir la culture, encore moins de la comprendre et de l'accompagner.

Nous revendiquons la légitimité de notre mouvement culturel et la possibilité d'organiser des fêtes libres, ce qui ne veut pas dire sans encadrement. L'AUTOGESTION est notre principe de base, nous avons à disposition les moyens humains et matériels nécessaires au bon déroulement de nos soirées. C'est pourquoi nous souhaitons garder notre indépendance à tous les niveaux, cela nous permet de proposer des soirées accessibles à tous.

 

 

C'est pour nous une évidence, dans le climat d'austérité qui règne, de partager et de rester solidaires. Nous ne méritons et ne comprenons pas cette répression. Alors, combien de temps allons-nous encore devoir subir ces saisies immorales et injustes? Pouvons-nous espérer enfin un dialogue sincère de la part de nos dirigeants? Ont-ils seulement conscience que ces saisies dénuées de sens, gâchent des années de travail et d'investissement personnel ?

Nous voulons des réponses à ces questions, que des solutions concrètes soient rapidement trouvées pour mettre un terme à cette situation et que plus jamais personne ne perde une partie de sa vie, ne voit ses droits bafoués et sa passion s'envoler.

 

Source Marmotek

 

 

Quelques quotidiens régionaux ont réagi :
Ils sont rares ;o) Merci à Ouest-France et au Télégramme !!!

Rave-party. Le matériel du sound-system saisi

Rave-party à Plélauff. Marmotek s'interroge après la saisie de son matériel

 

 

Plélauff. Marmotek réagit après la saisie de son matériel

Saisie intégrale et interpellations des Marmotek en Bretagne

 

Le lien de ce post a été intégré à notre dossier brûlant de la Rentrée :

La honteuse rentrée 2014 : Valls, FN ou Techno ? Ce week -dès DEMAIN- à Fréjus, le méga Festival jeune de l'été

Fête VITE circuler. Circulez vous-même, là où ça vous chante ;o)

 

Du samedi 30 août au lundi 1er septembre, le plus grand Festival Techno/Electro de l'été, à Fréjus dans le Var, au bord de la mer, météo ensoleillée... Voir notre dossier complet

Source

Voir aussi ce dossier imbriqué, intriqué :
NDDL et partout cet été, la censure du Web par l'Etat français n'étouffera jamais le cri des foules

 

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle
Newsletter bimestrielle
, confidentielle et GRATUITE

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT ! Toutefois, pour nous soutenir,
pour un surf plus fluide et surtout pour bénéficier de l'autorisation d'accès à toutes les zones clefs, naturellement réservées, pensez à
adopter la version PREMIUM

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges ;o)

 

L'Association défend la Vie, sous toutes ses espèces et bien évidemment l'Homme avant tout ! Elle est politique, dans le sens du mot grec "politeia" et non du mot grec "politike". En réalité, mis à part les ermites, nous sommes tous des z'ommes politiques ;o)

 

Auteur : Marmotek et unités carbone-silicium@ssociés déjà impliqués (voir Techno et NDDL)

Source : www.facebook.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter colibrix
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.