Raoul-Marc Jennar, le lanceur d'alerte - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/04/2014 à 21h35 par Jacky.


RAOUL-MARC JENNAR, LE LANCEUR D'ALERTE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Raoul-Marc Jennar, le lanceur d'alerte

 

Le prochain «Jeudis en questions ?» se déroulera demain à 20 heures, à la salle des fêtes de Fijaguet de Nuces. Avec Raoul-Marc Jennar, spécialisé dans le droit européen, les Aveyronnais pourront débattre sur le grand marché transatlantique.

Le conférencier Raoul-Marc Jennar se déplace de pays en pays, en France, en Belgique, au Luxembourg et en Espagne afin d'alerter les citoyens sur le mandat de négociation entamé en 2013, sur le grand marché transatlantique entre l'Union Européenne (UE) et les États-Unis (EU). Demain, il sera en Aveyron, à la salle des fêtes de Fijaguet de Nuces à 20 heures pour débattre, avec les participants.

 

 

«Ce mandat de négociation est resté secret et n'existe qu'en anglais. J'ai analysé les 46 articles, ils soulèvent de nombreuses interrogations. Pour moi, il est important de briser le silence pour que les gens réagissent», introduit Raoul-Marc Jennar.

Cette grande négociation est menée par la commission européenne, avec les EU. «Il ne faut pas croire qu'il s'agit d'un simple accord de libre-échange, les bouleversements seraient radicaux», insiste le politologue mettant en lumière trois axes souhaités par ce mandat de négociation :

La baisse des droits de douane entre les EU et l'UE, «Notre marché serait ouvert au monde, les pertes seraient considérables surtout dans le domaine agricole. En effet, pour rester compétitive l'agriculture devra encore plus s'industrialiser. La dégradation de l'environnement et de la biodiversité augmenterait, tout comme la désertification des campagnes profondes».

 

 

L'harmonisation entre les normes européennes et américaines, «Leur objectif est d'arriver à une réglementation globale mais en Europe les normes sanitaires, environnementales, sociales, alimentaires, culturelles et techniques sont plus fortes et plus protectrices. Si on venait à les harmoniser, les salaires baisseraient tout comme les conditions d'hygiène par exemple».

Mettre en place un groupe d'arbitrage privé pour gérer les conflits entre les firmes privées et les pouvoirs publics, «Ce ne serait plus les tribunaux officiels qui trancheraient, il n'y aurait pas d'instance d'appel. Ce troisième point est le plus critiqué par les gouvernements européens».

 

 

Raoul-Marc Jennar est un lanceur d'alerte, pour lui il est prépondérant d'expliquer ce document au grand public. «Si ce texte est appliqué, il aura des conséquences sur nos vies, sur la qualité de nos produits, sur nos droits, sur le monde agricole. Les gouvernements ont pris une décision sans consulter la population. En outre, les résultats engendrés par ce grand marché transatlantique en termes d'emplois et de croissance seraient dérisoires par rapport aux bouleversements qu'il causerait. Les multinationales mettraient une pression énorme sur «les petits», l'artisanat, les producteurs. Ils seraient confrontés au tsunami des firmes américaines».

Critique et parallèle avec l'ALENA

Le conférencier n'a pas hésité à comparer ce mandat de négociation avec les accords de libre-échange de l'Amérique du Nord (ALENA), passés entre les EU, le Canada et le Mexique, il y a de ça 20 ans. «Le bilan est catastrophique. Le Mexique, avant exportateur net de produits agricoles et aujourd'hui, importateur net, les firmes américaines ont toujours gagné contre le gouvernement canadien et mexicain.».

 

 

Ce mandat de négociation devrait se terminer à la fin de l'année 2015. Il faudra alors que les 28 gouvernements européens approuvent en conseil des ministres de l'UE le texte négocié. Le Parlement européen sera ensuite amené à se prononcer, il dispose du pouvoir de l'approuver ou de le rejeter. «Je ne fais pas de l'anti-américanisme mais pour moi, nous avons des raisons d'avoir peur. On pourrait devenir une colonie des EU».

 

Un article de ladepeche.fr, relayé par SOS-planete

 

Accord de libre échange transatlantique : les Européens ont la mémoire et la vue courte en croyant aux promesses d'amitié d'Obama

 

Il y a une chose pire encore que l'infamie des chaînes, c'est de ne plus en sentir le poids. Gérard Bauër

Le philosophe Jiddu Krishnamurti s'exprime sur la transformation de soi

Trop puissant moteur de recherche sur l'ensemble des 35.000 pages (BDD 1999-2014) : ENQUÊTER, RECHERCHER, GRANDIR...

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Rédaction ladepeche.fr

Source : www.ladepeche.fr