Macron affirme, anticonstitutionnellement, que LUI SEUL est capable d'éviter un désordre en France

Radioactivité : dilution ou concentration - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/03/2011 à 19h07 par pam.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Radioactivité : dilution ou concentration

 

Manifestement, la pollution radioactive des mers prend de surprise le monde scientifique français. A l'Ifremer, personne n'a travaillé sur cette hypothèse.

A l'Agence de Sûreté Sanitaire qui possède une cellule de crise environnement, on renvoie à l' IRSN qui cherche un expert. Et le CNRS cherche aussi.

Le coordinateur biodiversité à la Fondation Hulot, Jean- Jacques Planchon est sûr d'une chose : la « dilution » des radionucléides mis en avant par les autorités japonaises ne suffit pas à rendre compte de la réalité.

« Certes, dit-il, la dispersion des éléments radioactifs par les courants et les mouvements de la mer est une réalité. Mais s'agissant de la chaîne alimentaire, c'est de concentration qu'il s'agit.

En passant des phyto et zoo planctons, aux crevettes ou au petits poissons, les éléments radioactifs vont au contraire se cumuler dans les organismes.

Et on retrouvera les concentrations les plus fortes en bout de chaîne chez les prédateurs comme le thon ou le requin.

Pour la baleine, c'est plus direct, puisqu'elle se nourrit- en avalant des quantités phénoménales de phytoplancton ».

 

 

« A Tchernobyl, ajoute Planchon, on avait déjà observé ces transferts du végétal au règne animal avec les sangliers et les cerfs qui s'étaient nourris notamment de champignons contaminés et qui l'on été à leur tour.

D'autre part, la seule pollution atmosphérique a conduit les métaux lourds à s'accumuler dans les régions arctiques .

Notamment dans les graisses de phoques. A tel point que dans certains endroits, les femmes inuit qui se nourrissent avec du phoque ne doivent plus allaiter leurs nouveaux-nés. »

Planchon ajoute que pour l'instant, on ne sait pas trop bien à part l'iode ce qui a été rejeté en mer. Du Césium sans doute dont les propriétés sont actives trois cent ans. Du plutonium sans doute aussi dont la durée de vie est de ... 373 000 ans...(...)

 

Pour lire la suite, cliquez sur "Source" ou sur "Lien utile"

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 

Auteur : Guillaume Malaurie

Source : planete.blogs.nouvelobs.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter pam
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.