Quand Nicolas Sarkozy crache sur les écologistes - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/01/2012 à 17h57 par Mich.


QUAND NICOLAS SARKOZY CRACHE SUR LES ÉCOLOGISTES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Quand Nicolas Sarkozy crache sur les écologistes

 

Entre 2007 et 2012, le discours de Nicolas Sarkozy sur l'écologie a subi un virage à 180 degrés. Analyse.

 

(...)

Le 6 mars 2010, c'est-à-dire quelques pressions du lobby agricole et de l'industrie chimique plus tard, en visitant le salon de l'agriculture, le président de la République déclarait aux ténors de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles dirigée par les grands céréaliers : « Je voudrais dire un mot de toutes ces questions d'environnement, parce que là aussi ça commence à bien faire.

Je crois à une agriculture durable. Mais il faut que nous changions notre méthode de mise en oeuvre des mesures environnementales en agriculture ».

Au début de 2011, à l'occasion de ses voeux, le ministre de l'Agriculture en remettait une couche dénuée de toute équivoque : « Il faudra adapter un certain nombre d'objectifs qui ne sont plus atteignables. Une pause en matière de règles environnementales est nécessaire afin de ne pas freiner le redémarrage d'un secteur durement touché ».

De quoi faire plaisir au président qui expliquait au salon de l'agriculture du printemps suivant, après la campagne d'affiches de France-Nature-Environnement sur les pollueurs : « Je ne laisserais pas insulter les agriculteurs, cette campagne est particulièrement déplacée, blessante et humiliante ». Avant de comparer le radicalisme des protecteurs de la nature au radicalisme des islamistes...

Le 7 juillet suivant, au cours d'une visite sur une plage bretonne envahie par les algues, Nicolas Sarkozy précisait sa pensée : « Opposer agriculture et environnement, ça n'a pas de sens, parce que les agriculteurs sont les premières victimes du non-respect des règles environnementales.

Sur cette affaire d'algues vertes, il serait absurde de désigner des coupables, de montrer du doigt les agriculteurs qui font d'énormes progrès en la matière. Les agriculteurs ne sont pas coupables de choix économiques qui ont été faits il y a longtemps. Il y aura toujours les intégristes qui vont protester et on n'entend qu'eux. Plus c'est excessif, plus on leur donne la parole. »

Le 17 janvier dernier, le président a remis le couvert au cours de ses « voeux au monde rural » en expliquant notamment aux agriculteurs rassemblés pour la cérémonie : « J'ai conscience que l'aspect tatillon de certains règlements administratifs vous insupportent.

 

 

La préservation de l'environnement ce n'est pas empêcher quiconque de faire quoi que ce soit. Il faut absolument lever le pied de ce point de vue, notamment dans le domaine de la protection de l'eau ».

Ce jour-là, Nicolas Sarkozy complétait son numéro d'anti-écolo en regrettant la décision du Conseil d'Etat de ne pas prolonger la chasse aux oies sauvages, façon de priver les chasseurs « d'un petit bonheur ».

De quoi faire plaisir au candidat de Chasse nature pêche et tradition, Frédéric Nihous qui, tout en poursuivant sa chasse aux signatures, a désormais ses entrées à l'Élysée.

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Claude-Marie Vadrot, publié par politis.fr

 

Afficher la Source

 

Autre article : Environnement: 2012, le grand bond en arrière

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Claude-Marie Vadrot

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • sarkozy