Quand manger est un danger - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/02/2010 à 21h17 par Tanka.


QUAND MANGER EST UN DANGER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Quand manger est un danger

Pesticides interdits, problèmes d'hygiène dans les abattoirs, publicité mensongère... "L'Expansion" a enquêté sur les dérives d'une filière agroalimentaire qui met en péril la santé des consommateurs.

Tout ça n'a que trop duré. Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) veulent en finir avec les crises sanitaires et les fraudes alimentaires. Les poulets chinois gavés aux anabolisants, la mozzarelle de la Camorra contaminée à la dioxine, la "remballe" de viande des grandes surfaces, les abattoirs clandestins... Ils veulent que ça cesse et ont décidé de frapper fort en proposant à l'Europe de mobiliser, lors d'un colloque prévu du 6 au 8 octobre, tout ce qu'elle compte de sommités dans l'agroalimentaire - scientifiques, industriels, magistrats, policiers, gendarmes, ministres, etc. - afin de mieux lutter contre les scandales de la malbouffe.

Le ton monte de tous les côtés. Début mars, dans un colloque organisé au Parlement européen, le Comité de recherche et d'information indépendants sur le génie génétique, présidé par l'ex-ministre de l'Environnement Corinne Lepage, envisage de demander publiquement la démission de Catherine Geslain-Lanéelle, la directrice de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). En cause : le refus de mener des tests in vivo qui permettraient d'évaluer la dangerosité du Roundup de Monsanto, le désherbant le plus vendu du monde. Le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a lui-même jugé utile de lancer, il y a quelques semaines, des "états généraux du sanitaire". "Des maladies émergentes sont aux portes de l'Europe et la menace d'une crise sanitaire n'a jamais été aussi forte", affirme-t-on, rue de Varenne. Si tous ces acteurs de la vie publique se penchent sur notre assiette, c'est qu'ils voient la machine s'emballer.

Les multinationales de l'agroalimentaire sont prêtes à tout pour produire plus en dépensant moins. L'industrialisation à outrance les conduit à élaborer des recettes toujours plus grasses, plus salées, plus sucrées, bourrées d'additifs, d'arômes artificiels et de conservateurs. Les fruits et les légumes sont dopés aux pesticides. Leurs résidus s'accumulent dans nos organismes et créent un effet cocktail dont on ne connaît pas l'impact sur la santé. De nombreux élevages de volailles ou de porcs sont de véritables usines, où les animaux sont gavés aux antibiotiques. Lorsqu'ils ne sont pas plongés dans du chlore pour éliminer les traces de bactérie, comme les poulets américains, dont l'importation est interdite en France...

La globalisation des échanges a ajouté son grain de sel. Des pays en pleine mutation économique, comme la Chine, l'Inde ou le Brésil, sont devenus des puissances agroalimentaires. Le n° 1 mondial de la viande est brésilien depuis que JBS a racheté l'américain Pilgrim's Pride (lire page 71). Un des premiers producteurs de poissons d'élevage du monde ? La Chine, un pays peu soucieux des normes sanitaires, qui introduit sans états d'âme ses poissons contaminés aux métaux lourds dans les filières alimentaires.

La course au rendement est telle que des pans entiers de l'agriculture se délocalisent, à l'image des haricots verts au Kenya ou des pommes au Chili. En Asie du Sud-Est, on rase les forêts tropicales pour planter des palmiers et fournir à l'industrie agroalimentaire de l'huile de palme bon marché. Et tant pis si notre alimentation est déjà trop riche en corps gras saturés.

Aveuglés par le marketing, les consommateurs n'y voient que du feu. Ainsi, les allégations sur la santé et la nutrition brouillent complètement nos repères, constate Pierre Chandon, professeur de marketing à l'Insead : "Les individus consomment jusqu'à 50 % en plus lorsque l'emballage porte la mention "faible teneur en matière grasse". Et lorsque le plat principal d'un repas est perçu comme "bon pour la santé", les consommateurs n'hésitent pas à commander des boissons et des desserts contenant 131 % de calories en plus." Un chiffre établi lors d'une étude sur le comportement des clients de Subway. En vantant les vertus diététiques de ses sandwichs, le géant américain a réussi à créer l'illusion.

Source : lexpansion.com


Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire