Quand les biologistes fabriquent un génome entièrement synthétique - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/12/2010 à 18h00 par Mich.


QUAND LES BIOLOGISTES FABRIQUENT UN GÉNOME ENTIÈREMENT SYNTHÉTIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Quand les biologistes fabriquent un génome entièrement synthétique

Le jeudi 20 mai 2010, le biologiste américain Craig Venter, dévoilait sur le site internet de la prestigieuse revue américaine « Science » qu'il avait « créé la première cellule vivante dotée d'un génome synthétique ».

Une « étape importante scientifiquement et philosophiquement », expliqua le chercheur, dans la compréhension des mécanismes de la vie. « Il s'agit de la création de la première cellule vivante synthétique, au sens où celle-ci est entièrement dérivée d'un chromosome synthétique », raconte Craig Venter, créateur de l'Institut du même nom et coauteur du premier séquençage du génome humain rendu public en 2000.

“Cette approche est en effet un très puissant instrument pour tenter de concevoir ce que nous attendons de la biologie et nous pensons ainsi à une gamme étendue d'applications”, précise-t-il.

Craig Venter avait annoncé en 2008 être parvenu avec son équipe à fabriquer un génome bactérien 100 % synthétique en collant des séquences d'ADN synthétisées bout à bout (à l'échelle du nanomètre, le milliardième de mètre) afin de reconstituer le génome complet de la bactérie Mycoplasma genitalium.

Le génome fabriqué est la copie d'un génome existant, celui de la bactérie mycoplasme mycoïde, mais avec des séquences d'ADN supplémentaires pour l'en distinguer.

Ce génome synthétique a ensuite été transplanté dans une autre bactérie, appelée mycoplasme capricolum, débarrassée auparavant de son propre génome. Et la nouvelle bactérie fonctionne suivant les instructions de son nouveau génome !

“Si ces techniques peuvent être généralisées, la conception, la synthèse, l'assemblage et la transplantation de chromosomes synthétiques ne seront plus des obstacles aux progrès de la biologie synthétique”, soulignent les auteurs de ces travaux.

Même si Craig Venter n'a pas créé un être vivant à partir de la matière inerte, la fabrication de la première cellule vivante dotée d'un génome synthétique marque une étape importante dans la fabrication d'organismes vivants « artificiels », mais aussi dans la compréhension des mécanismes du vivant.

Il s'agit d'un exemple significatif de ce que les technosciences, dont la « nano-biologie synthétique », sont aujourd'hui capables de faire et prévoient de produire demain, au-delà des simples bactéries (même si la biologie synthétique a depuis longtemps l'objectif de produire du vivant artificiel).

Deviens lanceur d'alertes

SOS-planete, le site géant qui déchire!





Auteur : penseesociale.catholique.fr

Source : www.penseesociale.catholique.fr