Quand les autorités sanitaires vous nuisent - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/04/2013 à 23h11 par Jacky.


QUAND LES AUTORITÉS SANITAIRES VOUS NUISENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Quand les autorités sanitaires vous nuisent

 

Au-delà de tous les scandales médicaux dont la presse a parlé, le pire méfait des autorités sanitaires ces dernières années est, pour moi, l'offensive qu'elles mènent contre les produits naturels de santé, dans le cadre de l'affaire dite des « allégations thérapeutiques ».

Cette affaire vous concerne directement, vous nuit directement. Mais comme il est difficile d'en parler en 30 secondes dans un flash-info, les journalistes ont occulté le problème dans les grands médias et la plupart d'entre nous ne sommes ni conscients, ni inquiets de ce qui se passe.

C'est pourtant un scandale énorme, aux répercussions beaucoup plus concrètes pour chacun de nous que les tripotages financiers de nos politiciens « normaux » qui occupent les journalistes.

Je vais vous résumer le problème :

En 2002, l'Union européenne décide de supprimer la liberté des fabricants et vendeurs de compléments alimentaires de faire des « allégations thérapeutiques » sur leurs produits, c'est-à-dire d'inscrire des phrases, des mots, des images suggérant que ce produit pourrait soigner, prévenir, traiter ou guérir une maladie, où que ce soit (site Internet, catalogue, emballage, notice...).

Il s'agit de la directive 2002/46 CE. Cette directive vise aussi les noms des marques et même la forme des produits s'ils sont considérés comme « suggestifs » d'un quelconque effet sur la santé.

Par exemple si un fabricant de compléments alimentaires appelle son produit « Ménopause », il est en infraction car, à ce jour aucune vitamine, aucun minéral, aucune plante, aucun ingrédient n'est reconnu comme ayant aucun impact sur la ménopause. Le fabricant risque une amende de 450 euros par boîte non conforme, ce qui représente potentiellement des millions d'euros d'amende, y compris si le produit est dépourvu de toute dangerosité.

Cette directive interdit même aux fabricants de suggérer que leur produit pourrait combler une carence, un déficit.

Cette interdiction met fin à 2500 ans de médecine qui, depuis Hippocrate, considérait comme évident que « ton aliment est ton premier médicament ». Elle nie que, par exemple, lorsqu'on donne un extrait d'acérola (fruit très riche en vitamine C) à une personne souffrant de scorbut, on lui sauve la vie...

La raison invoquée est d'empêcher d'éventuels charlatans de vendre une poudre de perlimpinpin, tout en affirmant qu'elle agirait contre le cancer par exemple, au risque que des personnes naïves renoncent à un traitement médical à l'efficacité scientifiquement démontrée au profit de cette poudre.

L'Union Européenne décide donc de créer un comité d'experts à travers l'Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA), avec la mission d'examiner les produits naturels, de créer des catégories de produits et d'établir, sur la base des études scientifiques existantes, ce qui serait désormais permis aux fabricants de dire sur chacun d'eux.
L'enfer est pavé de bonnes intentions

A première vue, cela semble partir d'une bonne intention.

Dans la réalité, c'est une véritable catastrophe pour la santé publique. Cette réglementation va entraîner la disparition de dizaines de milliers de produits naturels du marché, pour les raisons suivantes :

Les études scientifiques à grande échelle n'existent pas. Les bureaucrates européens sont partis du principe qu'il « suffit » aux fabricants de présenter un dossier de recherche démontrant les vertus thérapeutiques de chaque aliment. Le problème est que, pour la plupart, aucune recherche n'a été faite avec le nombre de participants et le degré de fiabilité exigés pour être admis par le comité d'experts, habitués à la procédure d'évaluation des médicaments.

Non que ces aliments n'aient pas de vertu thérapeutique. Mais personne n'a les moyens ni le temps de réaliser toutes ces études, parce que n'étant pas brevetables, et les études cliniques coûtant très cher, il est impossible de les rentabiliser.

Ce fut par exemple le cas du pruneau : personne n'ayant réalisé d'étude assez « scientifique » aux yeux des experts sur les effets laxatifs du pruneau, ils décidèrent d'interdire cette allégation. Des milliers d'aliments furent ainsi privés d'office de la possibilité d'être vendus avec des allégations thérapeutiques pourtant bien établies.

La tâche est trop vaste. Il existe des dizaines de milliers d'aliments naturels, qui se présentent sous des formes différentes. Ainsi l'ail rose n'est pas l'ail blanc, et les espèces européennes ne sont pas les espèces chinoises.

La plupart des aliments naturels agissent en synergie. Quand bien même des « études scientifiques » existeraient pour chacun d'entre eux, il serait strictement impossible à un Comité, même travaillant jour et nuit, de les examiner toutes, et plus encore les différentes combinaisons d'aliments.

Il leur faudrait travailler plusieurs siècles pour rendre un avis valable sur chaque produit. Des dizaines de milliers de produits supplémentaires furent donc aussi automatiquement condamnés, faute de temps pour les étudier. Ne restaient en lice que les grands classiques, comme la vitamine D, les oméga-3, etc.

Les experts sont incompétents. Trop sélectionnés pour leurs diplômes en médecine conventionnelle et surtout en « toxicologie », beaucoup sont formés à voir des poisons partout. Par contre, ils n'ont généralement aucune formation valable en nutrition, cette discipline étant elle-même dans ses balbutiements, avec les tout-récents progrès de la biologie cellulaire.

La plupart de ces médecins, formés à la vieille école scientiste, ont de plus un préjugé contre les produits naturels. Pour eux, médecine rime avec médicaments chimiques, tout le reste n'étant que « remèdes de bonne-femme ». Cela joue encore en défaveur de milliers de produits naturels qui sont rayés de la liste.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Jean-Marc Dupuis, publié par santenatureinnovation.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Jean-Marc Dupuis

Source : www.santenatureinnovation.com