Quand le Web traque ceux qui maltraitent les animaux - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/10/2010 à 21h49 par Phil.


QUAND LE WEB TRAQUE CEUX QUI MALTRAITENT LES ANIMAUX

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Quand le Web traque ceux qui maltraitent les animaux

-
-

INTERNET - Impossible de se cacher bien longtemps quand on a fait du mal à une gentille petite bête...

Pour avoir jeté un chat vivant dans une poubelle, Mary Bale s'est retrouvée devant les tribunaux.

C'est une caméra de vidéo-surveillance qui a trahi cette vieille dame de Coventry, et si la police avait échoué à retrouver sa trace, les amis des bêtes savent bien qu'ils auraient pu compter sur la grande communauté du Web, si prompte à se mobiliser pour traquer les maltraitants.

Entre Internet et les animaux, c'est une vieille histoire. Les lolcats sont les stars incontestées des écrans, et la moindre vidéo de bébé panda fait plus de 80 millions de vues sur Youtube.

Aussi, quand on s'attaque aux animaux mignons, le geek sort les dents. Fin août, c'est la vidéo d'une jeune fille jetant des chiots vivants dans une rivière qui avait horrifié le Web.

4chan mène l'enquête

Rapidement, de groupes Facebook en tweets et de tweets en forums, la chasse est lancée.

Et les très actifs membres du forum américain 4chan se mettent en tête de retrouver la meurtrière au sweat-shirt rouge.

La police finira par mettre la main sur la jeune fille en Bosnie, traumatisée par les appels au meurtre dont elle était la cible et brièvement hospitalisée, selon ses parents.

Quelques mois plus tôt, c'est un Lituanien du nom de Svajunas Beniuk qui a fait les frais de l'ire de la grande famille du Net.

A l'origine, selon un scénario désormais classique: la vidéo du jeune homme jetant le chien de ses voisins, Pepper, du haut d'un pont.

Les images, filmées par des amis de Beniuk, montrent la souffrance du chien après sa chute impressionnante. L'animal n'avait d'ailleurs pas survécu.

En France aussi

Comme pour les chiots, 4chan s'est rapidement mis sur la piste du jeune Lituanien de 22 ans.

Une fois identifié, ce dernier s'est rendu de lui-même aux autorités et a été condamné à plus de 10 mois de prison ferme.

Une peine lourde et une victoire pour les internautes qui rappellent l'histoire de Mambo, le chien martyr.

Car il n'y a pas que les forumeurs américains qui se mobilisent pour la cause des animaux maltraités.

Le groupe Facebook consacré à la défense du petit chien brûlé des Pyrénées-Orientales a réuni plus de 24.000 membres.

Et bien que ses agresseurs ont déjà été condamnés à de la prison ferme, celui-ci reste actif. Avec un combat: faire du 11 août, date de l'agression de Mambo, la journée mondiale contre la cruauté envers les animaux.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire
-
-





Auteur : Julien Ménielle

Source : www.20minutes.fr