Êtes-vous Éveillé ? Faites le Test rapide du Gland de Confucius ! Vidéo virale à PARTAGER

Quand le mercure empêche la reproduction des mouettes arctiques - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/06/2013 à 13h58 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Quand le mercure empêche la reproduction des mouettes arctiques

 

Une équipe de chercheurs franco-norvégiens, parmi lesquels Olivier Chastel, chercheur CNRS au Centre d'études biologiques de Chizé, vient de montrer que les taux élevés de mercure retrouvés chez les mouettes tridactyles du Spitzberg affectaient directement les hormones responsables de la reproduction chez ces oiseaux.

Bien qu'éloignées des grands centres industriels, les régions arctiques subissent de plein fouet les pollutions d'origine humaine, véhiculées jusqu'au pôle par les vents et les courants marins. Les travaux menés sur une colonie de mouettes tridactyles du Spitzberg par une équipe de biologistes franco-norvégiens, soutenus notamment par l'Institut polaire Paul-Emile Victor, ont relevé de fortes concentrations en mercure chez ces oiseaux et ont montré un effet direct de ce métal lourd sur leur capacité à se reproduire.

"On avait remarqué depuis plusieurs années qu'un nombre important de couples ne nidifiaient pas", raconte Olivier Chastel, chercheur CNRS au Centre d'études biologiques de Chizé, "et on soupçonnait ce perturbateur endocrinien bien connu... Notre étude confirme cette intuition".

Des prélèvements sanguins ont été effectués sur plusieurs dizaines d'individus avant la nidification et un suivi de ces oiseaux a été assuré pendant toute la période de reproduction. "Chez les individus où les concentrations en mercure sont les plus importantes, on a relevé une chute drastique du taux de LH, l'hormone lutéinique qui stimule les cellules sexuelles dès que les jours rallongent", raconte Olivier Chastel.

Conséquence : ces oiseaux ne se sont pas reproduits. En poussant leurs investigations, les chercheurs ont mis au jour un véritable effet de cascade : le mercure fait en réalité baisser le taux de GnRH, l'hormone qui contrôle la production de LH, et cette dernière se retrouve donc en plus faible quantité dans le sang...

"Ces perturbations hormonales ne sont pas une bonne nouvelle pour les oiseaux marins de l'Arctique, qui pâtissent déjà des effets du changement climatique sur leur environnement", déplore Olivier Chastel. Reste désormais à comprendre pourquoi certains oiseaux affichent de plus fortes concentrations de mercure que d'autres...

 

Un article de Michel, publié par techno-science.net et relayé par SOS-planete

 

 

Post qui fait le buzz : "Il est déjà trop tard" : l'espèce humaine devrait s'éteindre ce siècle

Notre page officielle Facebook - Nos actualités sur votre mobile via Twitter

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Dimanche, 5975 visiteurs !!!

 

Auteur : Michel

Source : www.techno-science.net

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.