Quand la biologie synthétique changera le monde - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/09/2009 à 23h40 par Michel WALTER.


QUAND LA BIOLOGIE SYNTHÉTIQUE CHANGERA LE MONDE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Quand la biologie synthétique changera le monde

Information recueillie par Michel. Pour info.

La biologie synthétique est une discipline combinant ingénierie, chimie, informatique, et biologie moléculaire, et prétend rassembler les outils nécessaires pour redessiner le monde vivant.

En utilisant les informations de séquences génétiques, les chercheurs en biologie synthétique cherchent à reconfigurer les chemins métaboliques des cellules pour mettre au point des fonctions tout à fait nouvelles, comme la fabrication de produits chimiques et de médicaments par ces cellules. A terme, ils espèrent construire des gènes, et de nouvelles formes de vie, en partant de rien.

Les biologistes synthétiques comparent le corps humain à une mécanique: de la même manière que l'on peut remplacer une pièce par une autre dans l'industrie de l'électronique, on doit pouvoir faire la même chose pour le corps humain. Pourquoi ne pas utiliser les élément biologiques de la même manière que l'électronique? Selon ces scientifiques, avec une connaissance suffisante, ils seront à même de réaliser de nouveaux programmes pour contrôler ces composantes génétiques et in fine modifier la nature, mais surtout guider l'évolution humaine.

Aucun travail scientifique n'a jamais promis autant; aucun ne s'est jamais approché non plus, aussi délibérément, des possibilités de dérives. Si ces chercheurs parviennent à leurs fins, ils pourraient faire de ces cellules spécialisées des micro usines indépendantes produisant des énergies propres ou détournant le dioxyde de carbone de l'atmosphère.

Sur le plan médical, ce nouveau type de biologie pourrait être une révolution et permettre la production à grande échelle d'artémisinine par exemple, médicament contre la malaria qui contamine près de 500 millions de gens chaque année, et en tue près d'un million.