Qualité de l'eau: un défi planétaire - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/03/2010 à 19h20 par Jacques.


QUALITÉ DE L'EAU: UN DÉFI PLANÉTAIRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Qualité de l'eau: un défi planétaire

Une semaine après la journée mondiale de l'eau, Larbi Bougherra, scientifique, consultant auprès de l'OMS et de l'Unesco, spécialiste de l'eau, fait le point sur la situation de l'eau dans les pays en voie de développement, les initiatives locales et les projets développés par les multinationales du secteur de l'eau.

Que pensez-vous de la manière dont les grandes sociétés privées du secteur de l'eau travaillent dans les pays en développement?

Lorsque les multinationales développent les réseaux d'eau potable et d'assainissement dans un pays en voie de développement (PED), elles développent essentiellement ces réseaux en milieu urbain. Les villages situés loin des grandes agglomérations n'en bénéficient pas. Pour raccorder une grande cité, on oublie donc des centaines de petites bourgades.

En outre, lorsque le réseau d'eau est mis en service, on constate souvent une augmentation des prix peu de temps après. Et c'est là que le bât blesse. Il faudrait que ces multinationales ajoutent un volet social quand elles se déploient dans un PED.

Les entreprises privées du secteur de l'eau ont lancé une campagne de communication destinée à rappeler l'importance de la «valeur ajoutée» qu'elles apportent aux «grands défis liés à l'eau» en mettant l'accent sur trois enjeux: la nécessité d'innover pour protéger la ressource, l'importance de garantir une eau de qualité 24 heures sur 24 et l'assainissement. Qu'en pensez-vous?

Je ne vois pas quelle est la valeur ajoutée apportée par le secteur privé.

Les initiatives locales ont-elles prouvé leur efficacité?

A Lahore, au Pakistan, la population a pris en main l'assainissement des quartiers pauvres. Grâce à l'évacuation des eaux usées, la mortalité infantile de ces quartiers a immédiatement chuté.

A contrario, au Sénégal, le gouvernement a voulu déconcentrer la gestion de l'eau en installant d'importantes infrastructures tout en laissant la responsabilité de la distribution aux populations.

Des problèmes de gouvernance ont ralenti, voire bloqué, la distribution. Les comités de gestion de l'eau, élus, ont accordé trop d'exceptions et le système s'est grippé. Au final, plus personne ne veut payer pour l'eau puisqu'il y a trop d'exemption de paiement.

Résultat: l'eau de la rivière distribuée via un réseau de bornes services n'est plus traitée puisque les unités de potabilisation ne fonctionnent plus. Inclure les populations n'est donc pas toujours facile dans ce genre de projet.

En quoi les Objectifs du millénaire (OMD) ont-ils favorisé l'émergence de solutions alternatives en matière d'assainissement et d'approvisionnement en eau dans les PED?

Ils ont permis de mettre la pression sur les gouvernements et les ONG: le Brésil est sur le point d'atteindre ces OMD en matière d'eau potable, mais pas en matière d'assainissement; l'Iran a annoncé pouvoir atteindre ses objectifs dans les deux domaines, eau et assainissement.

Quelle différence constatez-vous entre la qualité des eaux des pays développés et celles des PED?

Autrefois les PED ne connaissaient que des pollutions de type fécale, des problèmes de mélange des eaux usées avec les eaux destinées à la consommation. Aujourd'hui, l'industrialisation en Inde ou en Chine est très développée dans certaines régions.

On voit apparaître la coexistence de deux types de pollution: la pollution fécale et d'importantes pollutions chimiques. Certaines villes en Inde où sont fabriqués des médicaments destinés au marché américain connaissent des taux très inquiétants de pollution de leurs eaux superficielles et souterraines par des antibiotiques, des antidépresseurs ou antihistaminiques. Dans ces villes, de plus en plus de personnes ne répondent plus aux antibiotiques.

Le cycle de l'eau ne s'arrête pas aux frontières. Si nous polluons l'eau de la rivière en Inde, il y a de grandes chances que cette pollution ait un impact sur notre milieu.

Source : journaldelenvironnement

Info sélectionnée par Jacques

Pour en savoir plus sur la situation planétaire