Qu'elle est verte, ma Silicon Valley ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/12/2009 à 03h05 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Qu'elle est verte, ma Silicon Valley !

Information recueillie par Michel95

Alan Salzman est PDG de la firme VantagePoint Venture Partners, qu'il a cofondée en 1996.

C'est l'une des sociétés de capital- risque les plus connues de la Silicon Valley (Californie).

Elle possède aussi des bureaux à Pékin et à Hongkong.

Sa firme, dit-il, s'est toujours spécialisée dans les entreprises "transformatives", celles qui développent les innovations et les technologies du futur et, plus récemment, dans les réseaux sociaux comme MySpace.

"Les années 1980 ont vu l'émergence de l'ordinateur, les années 1990 celle de l'Internet, et notre décennie est celle des industries clean tech (technologies propres)", explique le venture capitalist qui enseigne aussi à l'université de Stanford, et définit comme clean tech les entreprises qui répondent à la limitation des ressources en énergie, en eau et en matériaux, modes de transport inclus.

"Quand la bulle technologique a éclaté en 2000, nous voulions savoir quels secteurs industriels n'avaient pas encore connu ce cycle de transformation et d'innovation, et la réponse était claire : notre ampoule électrique était la même que celle inventée par Edison", poursuit M. Salzman, un des investisseurs à relever le défi du climat et de la rareté des ressources de la planète, avec l'optimisme, les finances et la technologie de la Silicon Valley.

"Les gens ont pensé que nous étions fous quand nous avons investi dans les voitures électriques avec Tesla Motors, ou dans BridgeLux pour produire des éclairages LED, ou encore dans BrightSource Energy, la compagnie thermosolaire.

Mais investir dans Google en 1999 n'était pas non plus évident", plaide-t-il.

D'après le groupe de recherches de Palo Alto "Next 10", 3,3 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) ont été investis dans le secteur clean tech en Californie en 2008, deux fois plus que l'année précédente.

"Les grosses entreprises ont la tête dans le sable et refusent de voir ce qui change. General Electric, la société fondée par Thomas Edison, n'a pas investi dans l'éclairage LED", poursuit l'investisseur, convaincu du potentiel industriel du secteur vert.

"De nouveaux géants vont émerger, qui seront les Google ou les Cisco de l'éclairage moderne, de l'industrie solaire et éolienne, et des voitures électriques..."

Et les consommateurs seront au rendez-vous dès que les prix seront abordables.

"Si nous pouvons fournir à un prix compétitif un produit identique aux ampoules électriques traditionnelles, mais qui ne consomme qu'un cinquième de l'électricité nécessaire auparavant, qui ne l'achètera pas ?

Ce sera pareil pour les voitures électriques qui reviendraient moins cher que les moteurs à essence", assure M. Salzman.

Les investissements dans le clean tech sont-ils rentables ?

"Il y a beaucoup d'argent à gagner dans ce secteur", répond sans hésiter l'investisseur californien, tout en reconnaissant que la crise actuelle a restreint l'accès aux capitaux.

Il donne aussi un conseil de patience assez "vert" aux consommateurs trop pressés : "Même neuf femmes ne peuvent pas faire un bébé en un mois !"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr